Aller au contenu principal

Le loup est-il revenu naturellement en France ?

Je n’avais pas vraiment d’avis sur cette question. Beaucoup d’éleveurs touchés pensent qu’il a été réintroduit, mais en parallèle l’État dit qu’il est revenu naturellement, donc difficile d’y répondre formellement. Mais en faisant des recherches sur la question, j’ai découvert beaucoup d’éléments troublants, et contraires au discours de l’État. J’ai repris tous les éléments de l’enquête parlementaire de 2003 présidée par Christian Estrosi sur les conditions de la présence du loup en France et j’ai essayé d’aller plus loin.

Un des éléments de blocage de l’enquête était : si les loups avaient été réintroduits, comment aurait-on pu se procurer des individus pour cela ? Pourtant, il semble que les naturalistes spécialistes du loup sont tout à fait capables de repérer les tanières de l’animal, capturer des individus adultes ou des louveteaux. Il existe aussi des ‘’usines à loups’’ : des parcs où sont élevés 70 à 100 loups afin de les relâcher un jour dans la nature. De plus, j’ai découvert qu’il y avait des cas avérés de réintroduction de loups, puisqu’on a repéré dans la nature des animaux qui avaient été élevés en captivité, avant et après la date de retour officiel du loup.

Un plan d’action pour avoir des loups partout en Europe

J’ai aussi pris le temps de lire le plan d’action pour la conservation du loup en Europe, processus pour qu’il y ait du loup partout sur notre continent. Les objectifs et moyens possibles pour y arriver y sont expliqués noir sur blanc, y compris la réintroduction. Autre élément troublant, j’ai découvert qu’il y a deux ans, des gardes du parc du Mercantour étaient partis chercher trois loups en Italie. Mais on n’a plus aucune trace de ces loups aujourd’hui ni de leur arrivée en France…

Je voulais savoir ce qui s’était réellement passé pour comprendre et partager l’information. J’ai ainsi rassemblé et analysé une multitude de documents, que j’ai essayé de présenter de façon conviviale et compréhensible sous forme d’un film en trois épisodes pour une durée totale de 2h30.

Retrouvez le film sur https://www.youtube.com/watch?v=1ZQodxmie4Y
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre