Aller au contenu principal

Le foin de Crau, un fourrage sous signe de qualité

Production historique de la plaine de Crau irriguée, dans le sud-est de la France, le foin de Crau possède des qualités uniques adaptées aux besoins de différents types d’animaux.

Les producteurs de foin qui n’ont pas d’animaux vendent l’herbe sur pied à des éleveurs herbassiers.  © L. Geffroy
Les producteurs de foin qui n’ont pas d’animaux vendent l’herbe sur pied à des éleveurs herbassiers.
© L. Geffroy

Le foin de Crau est le premier et seul aliment pour animaux à bénéficier d’une appellation d’origine protégée. Quelque 220 producteurs le récoltent sur près de 9 000 hectares d’un territoire unique, la plaine de la Crau. Cette plaine alluviale de 45 000 ha, essentiellement recouverte de galets correspondant à l’ancien delta fossile de la Durance, bénéficie d’un climat ensoleillé et venteux. Zone dépourvue d’eau, elle a été irriguée dès le XVIe siècle avec la construction d’un canal pour dériver l’eau de la Durance. Un peu plus de 10 000 ha de prairies irriguées recouvrent aujourd’hui ce territoire. Les pratiques d’irrigation actuelles sont essentiellement gravitaires. « Les parcelles de prairies en légère pente sont bordées de filioles, fossés raccordés au réseau secondaire, que l’on fait déborder grâce à des martelières qui les obstruent, explique François Charron, directeur adjoint du domaine du Merle chargé de la gestion de l’eau. L’arrosage de la parcelle se fait par submersion progressive et dure plusieurs heures. L’arroseur bouge donc en permanence ses martelières pour irriguer toutes ses parcelles, ce qui lui prend en général 6 à 10 jours. »

La quatrième coupe pâturée par les ovins

Trois coupes sont réalisées par an, espacées de 50 jours. La première, début mai, donne un foin grossier particulièrement riche en graminées bien adapté à l’élevage des chevaux et à l’engraissement des bovins. La deuxième coupe réalisée fin juin présente un bon équilibre entre graminées et légumineuses et sera plutôt destinée aux vaches et brebis laitières. Enfin la dernière, réalisée mi-août sera plus riche en légumineuses et sera donc particulièrement adaptée aux petits ruminants laitiers. Ces trois coupes permettent la récolte de 8 à 10 tonnes de foin par hectare. La quatrième coupe est pâturée par les ovins de début octobre à fin février. La qualité du fourrage tient au climat, qui permet aux herbes coupées de sécher rapidement en conservant leurs qualités nutritionnelles et à sa composition floristique riche d’une vingtaine d’espèces. La fertilisation azotée est limitée afin de ne pas modifier cette composition. « Mais les restrictions d’eau croissantes et le coût de transport de l’eau sont des sujets d’inquiétude majeurs pour les producteurs » alerte Didier Tronc, directeur du comité du foin de Crau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
La contrainte du loup revêt de multiples aspects, qui ont pour point commun de causer du stress et de la fatigue mentale à l'éleveur. © A. Chrétien
Éleveurs vs loups : du stress et du dégoût
La MRE Paca et Idele publient un recueil de témoignages d’éleveurs confrontés à la prédation du loup au quotidien.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre