Aller au contenu principal

Le foin de Crau, un fourrage sous signe de qualité

Production historique de la plaine de Crau irriguée, dans le sud-est de la France, le foin de Crau possède des qualités uniques adaptées aux besoins de différents types d’animaux.

Les producteurs de foin qui n’ont pas d’animaux vendent l’herbe sur pied à des éleveurs herbassiers.  © L. Geffroy
Les producteurs de foin qui n’ont pas d’animaux vendent l’herbe sur pied à des éleveurs herbassiers.
© L. Geffroy

Le foin de Crau est le premier et seul aliment pour animaux à bénéficier d’une appellation d’origine protégée. Quelque 220 producteurs le récoltent sur près de 9 000 hectares d’un territoire unique, la plaine de la Crau. Cette plaine alluviale de 45 000 ha, essentiellement recouverte de galets correspondant à l’ancien delta fossile de la Durance, bénéficie d’un climat ensoleillé et venteux. Zone dépourvue d’eau, elle a été irriguée dès le XVIe siècle avec la construction d’un canal pour dériver l’eau de la Durance. Un peu plus de 10 000 ha de prairies irriguées recouvrent aujourd’hui ce territoire. Les pratiques d’irrigation actuelles sont essentiellement gravitaires. « Les parcelles de prairies en légère pente sont bordées de filioles, fossés raccordés au réseau secondaire, que l’on fait déborder grâce à des martelières qui les obstruent, explique François Charron, directeur adjoint du domaine du Merle chargé de la gestion de l’eau. L’arrosage de la parcelle se fait par submersion progressive et dure plusieurs heures. L’arroseur bouge donc en permanence ses martelières pour irriguer toutes ses parcelles, ce qui lui prend en général 6 à 10 jours. »

La quatrième coupe pâturée par les ovins

Trois coupes sont réalisées par an, espacées de 50 jours. La première, début mai, donne un foin grossier particulièrement riche en graminées bien adapté à l’élevage des chevaux et à l’engraissement des bovins. La deuxième coupe réalisée fin juin présente un bon équilibre entre graminées et légumineuses et sera plutôt destinée aux vaches et brebis laitières. Enfin la dernière, réalisée mi-août sera plus riche en légumineuses et sera donc particulièrement adaptée aux petits ruminants laitiers. Ces trois coupes permettent la récolte de 8 à 10 tonnes de foin par hectare. La quatrième coupe est pâturée par les ovins de début octobre à fin février. La qualité du fourrage tient au climat, qui permet aux herbes coupées de sécher rapidement en conservant leurs qualités nutritionnelles et à sa composition floristique riche d’une vingtaine d’espèces. La fertilisation azotée est limitée afin de ne pas modifier cette composition. « Mais les restrictions d’eau croissantes et le coût de transport de l’eau sont des sujets d’inquiétude majeurs pour les producteurs » alerte Didier Tronc, directeur du comité du foin de Crau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre