Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Race d´herbage
Le Dorset Down, champion pour le croisement

Bien conformé, le Dorset Down se plaît en herbage. Dans le Centre France, il fait merveille pour produire des agneaux précoces souvent obtenus à l´herbe.


Dans les années 1800, quelques éleveurs britanniques entreprirent de sélectionner un animal de même type que le Southdown, mais aussi bien conformé et de plus forte taille.
Après quelques années de sélection dans cette voie, une infusion de sang, avec des béliers de race Hampshire et Wiltshire, est pratiquée et c´est assez rapidement que le type Dorset down est fixé.
Vers 1965, les premières troupes Dorset sont introduites en France ce qui permet la création du Flock book de la race.
Ces jeunes béliers démontrent l´aptitude de la race à croître au pâturage. ©D. R.

Ses aptitudes
C´est une race d´herbage de grand format qui présente une excellente conformation. Le Dorset français est principalement utilisé dans toute la zone centrale de la France pour le croisement alternatif et industriel, en vue de l´obtention d´agneaux précoces, bien conformés, sans excès de gras et pas trop lourds.
Capable de s´adapter à différents modes d´exploitation : plein air, stabulation, le Dorset Down est essentiellement une race précoce, prolifique, moins exigeante que certaines races plus lourdes.
Le gain de poids est rapide dès le jeune âge. ©D. R.

Standard de la race
Tête : marron foncé, assez longue, dégagée de laine sur le mufle. Cou : fort, bien soudé avec les épaules. Ossature : n´est pas grossière sans être fine. Membres : marrons foncés, couverts de laine fine qui descend en dessous des genoux et des jarrets. Tronc : poitrine bien descendue, épaules larges, gigots bien développés. Laine : finesse (toison de 2,5 kg chez la femelle et 3,5 kg chez le mâle). Poids : 70 kg pour la femelle et 110 kg pour le mâle.
Le bélier fournit en croisement des agneaux précoces. ©D. R.

Programme de sélection
L´effectif est d´environ 2300 brebis (chiffre du Recensement agricole 2000) dont 266 brebis contrôlées en 2003.
Le programme de sélection porte à la fois sur les femelles (contrôle en ferme) et sur les mâles (contrôle en ferme et en centre d´élevage). L´orientation de la race vise à l´obtention de reproducteurs suffisamment développés et bien musclés.
Les agnelles sont appréciées pour leur faculté de reproduction en contre-saison. ©D. R.

Une bonne croissance
La brebis Dorset Down permet à ses agneaux l´obtention de bonnes croissances de départ.
Les gains journaliers en contrôle 10/30 jours sont de l´ordre de :
275/400 g pour les mâles simples ;
230/370 pour les mâles doubles.
Les gains journaliers de 30 à 70 jours sont :
- 305 - 400 g pour les mâles simples ;
- 250 - 370 g pour les mâles doubles.
Le poids à 70 jours confirme bien l´excellente précocité de l´agneau Dorset Down :
- 25/à 32 kg pour les mâles simples ;
- 21- 28 kg pour les mâles doubles.
©D. R.

D´excellentes carcasses
La lecture de la moyenne des performances de la race Dorset Down, laisse entrevoir d´énormes possibilités d´utilisation en croisement industriel, pour l´obtention de carcasses de 16 à 20 kg en 90 à 110 jours, sans excès de gras.
Le critère déterminant d´une façon globale la qualité bouchère de la carcasse se décompose comme suit :
- harmonie de la carcasse,
- finesse de l´os,
- épaisseur de noix de côtelette,
- importance des masses musculaires et conformation,
- qualité de la viande,
- répartition du gras : couverture, rognons
- qualité du gras.
En plus de ses qualités bouchères, son ardeur sexuelle à contre saison en fait une race très intéressante pour la production d´agneaux de boucherie, en croisement industriel sur des races rustiques.
80 % des femelles agnèlent en décembre-janvier avec un taux de prolificité se situant entre 140 et 170 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre