Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

SOMMET DE L'ELEVAGE
Le circuit court à la loupe

Au niveau des conférences du Sommet de l’élevage, l’ovin a pas mal occupé le terrain. Par exemple, celle sur les circuits courts organisée par l’Institut de l’élevage a mis en exergue la production d’agneaux. Une soixantaine d’enquêtes ont été réalisées dans les élevages pour connaitre les pratiques des éleveurs. Les auteurs se sont intéressés aux revenus et aux modes d’organisation de la commercialisation.

Ainsi, une meilleure valorisation des produits est ce qui motive 85 % des éleveurs enquêtés. La moitié apprécie également la reconnaissance de leur travail et 20 % le contact avec les consommateurs. Vendre en circuit court a souvent un impact sur la gestion de l’exploitation. Seulement 12 % déclarent n’en n’avoir observé aucun, tandis que presque la moitié confirme que cela nécessite de changer l’organisation du travail. Cela peut amener du stress lié à de nouvelles tâches et aux impératifs de présence. Au niveau du revenu, au-delà de 50 minutes passées par agneau vendu en carcasse, il est difficile d’espérer une rémunération horaire élevée. Pour des agneaux vendus découpés, c’est au-delà de 100 minutes.

Vif, carcasses ou viande découpée, la vente d’ovins en circuits courts est génératrice dans 72 % des élevages enquêtés d’une plus-value économique qui permet de rémunérer le temps de travail supplémentaire à plus de 10 euros de l’heure (65 % à plus de 15 euros et 7 % des éleveurs en négatif). Il faut donc bien fixer son prix de vente. L’Institut de l’élevage a calculé une moyenne de 96 euros en vif, 107 euros en carcasse pour les éleveurs de montagne et 132 euros pour les éleveurs de plaine ; 178 euros en colis et 182 euros au détail pour la viande découpée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre