Aller au contenu principal

Le bien-être à l’abattage en débat

Alors que de nouveaux cas de maltraitance ont été dévoilés par L214, les premiers résultats de l’inspection des abattoirs ne révèlent pas de dysfonctionnement majeur.

L’association L214 a dévoilé fin juin deux nouveaux cas de maltraitances filmés en caméras cachées entre novembre et fin mai aux abattoirs de Pézenas dans l’Hérault et du Mercantour, à Puget-Théniers dans les Alpes Maritimes. Au même moment, un nouveau collectif organise des « nuits debout » devant les abattoirs. De quoi remettre la pression sur les filières viande et relancer le débat sur la consommation de viande.

259 abattoirs inspectés

Pourtant, 259 abattoirs ont été inspectés en avril. « Dans les deux tiers d’entre eux, aucun problème n’a été mis en évidence, a déclaré Stéphane Le Foll à la commission d’enquête. Dans le tiers restant, la moitié présentait des défauts de conformité mineurs. Des défauts d’étourdissement ont été relevés dans trente-neuf chaînes et dans la plupart des cas des mesures correctives immédiates ont été exigées. » Seuls 5 % des abattoirs inspectés présentaient des non-conformités graves.

La commission d’enquête sur les conditions d’abattages créée en mars poursuit ses auditions. Après la création de la notion de délit pour mauvais traitement des animaux et du statut de lanceur d’alerte, elle a proposé l’installation de vidéosurveillance à la tuerie. Une mesure qui fait grincer des dents les acteurs de la filière et laisse Stéphane Le Foll dubitatif. Le ministre s’interroge aussi sur le renforcement des contrôles vétérinaires « pour régler un problème qui est d’abord de la responsabilité de ceux qui ont à gérer l’abattoir ! ».

Une négation du métier d’éleveur

« Une série de formations ont été développées depuis les années 1990 dans les abattoirs dans l’objectif d’éviter toute douleur évitable aux animaux et le bien-être animal est meilleur aujourd’hui, observe Luc Mirabito, qui a coordonné pour l’Institut de l’élevage la rédaction d’un guide de bonnes pratiques à l’abattage. L’abattage à la ferme prôné par certains collectifs en réponse à ce qu’ils considèrent comme des dérives de l’élevage industriel n’est en rien une garantie d’un meilleur bien-être car il pose un problème de compétences. »

En attendant, les éleveurs se sentent de plus en plus stigmatisés par le discours anti-viande. « On a l’impression d’avoir fait beaucoup d’effort avec les labels, le bio, observe Étienne Gangneron, éleveur bovin et membre du bureau de la FNSEA. Mais pour des associations comme L214, dès qu’on tue un animal, c’est mal. Il y a un éloignement croissant entre notre vie à la campagne et une société de plus en plus urbaine qui a tout fait pour oublier nos pratiques. En tant qu’éleveur, quand on dit qu’il ne faut pas manger de viande, c’est une négation complète de ma vie, de mon métier. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
La contrainte du loup revêt de multiples aspects, qui ont pour point commun de causer du stress et de la fatigue mentale à l'éleveur. © A. Chrétien
Éleveurs vs loups : du stress et du dégoût
La MRE Paca et Idele publient un recueil de témoignages d’éleveurs confrontés à la prédation du loup au quotidien.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre