Aller au contenu principal

Le bien-être à l’abattage en débat

Alors que de nouveaux cas de maltraitance ont été dévoilés par L214, les premiers résultats de l’inspection des abattoirs ne révèlent pas de dysfonctionnement majeur.

L’association L214 a dévoilé fin juin deux nouveaux cas de maltraitances filmés en caméras cachées entre novembre et fin mai aux abattoirs de Pézenas dans l’Hérault et du Mercantour, à Puget-Théniers dans les Alpes Maritimes. Au même moment, un nouveau collectif organise des « nuits debout » devant les abattoirs. De quoi remettre la pression sur les filières viande et relancer le débat sur la consommation de viande.

259 abattoirs inspectés

Pourtant, 259 abattoirs ont été inspectés en avril. « Dans les deux tiers d’entre eux, aucun problème n’a été mis en évidence, a déclaré Stéphane Le Foll à la commission d’enquête. Dans le tiers restant, la moitié présentait des défauts de conformité mineurs. Des défauts d’étourdissement ont été relevés dans trente-neuf chaînes et dans la plupart des cas des mesures correctives immédiates ont été exigées. » Seuls 5 % des abattoirs inspectés présentaient des non-conformités graves.

La commission d’enquête sur les conditions d’abattages créée en mars poursuit ses auditions. Après la création de la notion de délit pour mauvais traitement des animaux et du statut de lanceur d’alerte, elle a proposé l’installation de vidéosurveillance à la tuerie. Une mesure qui fait grincer des dents les acteurs de la filière et laisse Stéphane Le Foll dubitatif. Le ministre s’interroge aussi sur le renforcement des contrôles vétérinaires « pour régler un problème qui est d’abord de la responsabilité de ceux qui ont à gérer l’abattoir ! ».

Une négation du métier d’éleveur

« Une série de formations ont été développées depuis les années 1990 dans les abattoirs dans l’objectif d’éviter toute douleur évitable aux animaux et le bien-être animal est meilleur aujourd’hui, observe Luc Mirabito, qui a coordonné pour l’Institut de l’élevage la rédaction d’un guide de bonnes pratiques à l’abattage. L’abattage à la ferme prôné par certains collectifs en réponse à ce qu’ils considèrent comme des dérives de l’élevage industriel n’est en rien une garantie d’un meilleur bien-être car il pose un problème de compétences. »

En attendant, les éleveurs se sentent de plus en plus stigmatisés par le discours anti-viande. « On a l’impression d’avoir fait beaucoup d’effort avec les labels, le bio, observe Étienne Gangneron, éleveur bovin et membre du bureau de la FNSEA. Mais pour des associations comme L214, dès qu’on tue un animal, c’est mal. Il y a un éloignement croissant entre notre vie à la campagne et une société de plus en plus urbaine qui a tout fait pour oublier nos pratiques. En tant qu’éleveur, quand on dit qu’il ne faut pas manger de viande, c’est une négation complète de ma vie, de mon métier. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre