Aller au contenu principal

Le bâtiment d’élevage, au cœur des réflexions

Les 14 et 15 février à Rennes, le colloque « Le bâtiment d’élevage, point de rencontre entre l’homme et l’animal » a rassemblé 209 participants. Organisé conjointement par les RMT Batice et One Welfare, cet événement a offert deux jours de discussion et de partage de connaissances, marquant ainsi une étape importante dans la réflexion sur le futur des bâtiments d’élevage.

18 présentations et 40 ateliers se sont succédé pendant les deux jours du colloque du RMT Batice les 14 et 15 février à Rennes.
18 présentations et 40 ateliers se sont succédé pendant les deux jours du colloque du RMT Batice les 14 et 15 février à Rennes.
© M. Royant

Le bien-être animal au cœur des débats. Abordée sous différents angles, la question du bien-être animal et de l’éleveur a permis de mettre en lumière l’importance de concevoir des bâtiments qui répondent aux besoins tant des animaux que des humains.

Yvonnick Rousselière, de l’Institut du porc, a souligné lors de son intervention que les demandes sociétales actuelles orientaient la conception des bâtiments vers une ouverture accrue sur l’extérieur et des aménagements favorisant l’expression des comportements naturels des animaux.

Tenir compte du bien-être des travailleurs

« Toutes ces évolutions ne peuvent pas se faire sous le seul prisme du bien-être animal, sans prise en compte de celui des travailleurs », met-il en garde. Selon lui, les choix architecturaux ont un impact direct sur la charge de travail et la qualité de vie des éleveurs. Il attire l’attention sur l’importance du caractère multicritère que doivent prendre les bâtiments : « Il faut aussi tenir compte d’autres enjeux comme l’environnement (gestion des effluents, émissions d’ammoniac) et l’économie ».

Manon Fuselier, de l’Institut de l’élevage, a présenté les premiers résultats d’une enquête qualitative auprès des acteurs de l’élevage. Menée dans le cadre du RMT Batice [Réseau mixte technologique], l’étude met en lumière les diverses visions du bâtiment d’élevage de demain, allant d’une approche traditionnelle à une vision ultra-futuriste centrée sur les hautes technologies. « Ces antagonismes, montrent qu’il n’y a pas un scénario unique d’évolution souhaitée du bâtiment d’élevage porté par les acteurs travaillant sur le bâtiment d’élevage », explique Manon Fuselier.

​​​​​Pour les RMT Batice et One Welfare, l’objectif est clair : concilier les différentes attentes et représentations pour définir une trajectoire durable pour les bâtiments d’élevage, avec comme priorité le bien-être des éleveurs et des animaux. Ce colloque a marqué le début d’un dialogue essentiel et de collaborations futures visant à créer des environnements d’élevage plus harmonieux et responsables.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre