Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L’avenir de l’élevage vu par les professionnels

La Confédération nationale de l’élevage (CNE) a présenté lors du Space un document de 88 pages intitulé "Une ambition et un projet pour l’élevage français". Considérant que le secteur de l’élevage est menacé, avec pour beaucoup d’agriculteurs des revenus insuffisants, des problèmes d’installation, une hausse des coûts de production, une réflexion a été entamée il y a quelques mois par les professionnels et les institutions partenaires (FNB, FNPL, FNO, Fnec, Coop de France, APCA, JA, Institut de l’élevage, FGE).
Serge Préveraud, président de la Fédération nationale ovine, a confié sa crainte de voir « la France transformée en un vaste champ de blé ou de colza », expliquant que pour y pallier, il vient de créer un fonds d’investissement pour aider les jeunes à s’installer. « Capter de la valeur ajoutée en transformant à la ferme, telle est l’une des voies pour augmenter le revenu », confie pour sa part Marc Lesty, de la Fédération nationale des éleveurs de chèvres. Guy Hermouet, de la Fédération nationale bovine, quant à lui, insiste sur le « retour à l’agronomie pour gagner en autonomie fourragère ».
Les organisations membres de la CNE souhaitent « alerter les décideurs » et demandent le « renforcement d’une politique de couplage des aides à l’animal et un soutien différencié aux surfaces fourragères », soulignant que le capital d’exploitation nécessaire par UTA est jusqu’à deux fois plus élevé en productions animales qu’en productions végétales. Une augmentation des importations de viande en France et en Europe serait « une aberration économique, sociale et environnementale. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Traditionnellement, les animaux recoivent des noms commençant par une même lettre tout au long de l'année. En 2020, ce sera R. © DR
Quelques idées de noms en R
2020 sera l’année des prénoms commençant par R. Voici une liste non exhaustive de prénoms originaux et amusants pour vos béliers…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au Coronavirus – 3] Abattoir à l'arrêt, hausse du prix de l'aliment
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 2] Arrêt des inséminations
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
[Les éleveurs ovins face au Covid-19 – 4]
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus, les filières agricoles tentent de s'organiser.…
[ Covid-19 ] Publicités et morceaux plus petits pour sauver la consommation d’agneaux à Pâques
Avec l’interdiction de se regrouper, Interbev craint une baisse des ventes de gigot à Pâques. L’interprofession appelle les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre