Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’agneau du Poitou-Charentes reçoit les consommateurs

Une première journée technico-touristique a été organisée par l’agneau du Poitou-Charentes à l’attention des consommateurs du magasin Auchan de Saint-Herblain.

Parti à 7 heures du matin de Saint- Herblain, près de Nantes (Loire- Atlantique), le car est arrivé aux Forges un peu avant 10 heures À son bord, une trentaine de consommateurs clients du magasin Auchan de Saint- Herblain. Après un rapide petit-déjeuner, ils sont allés découvrir l’élevage de Loïc Parnaudeau qui produit des agneaux du Poitou-Charentes IGP et des agneaux label rouge Le Diamandin. « L’idée est née d’une discussion avec Sébastien Guillet, le responsable boucherie du magasin, explique Daniel Gaillard, président du GIE Ovin du Centre Ouest. Chaque année, nous organisons trois animations dans ce magasin. Les clients sont très satisfaits de rencontrer des éleveurs. Nous avons donc pensé qu’il serait bien de faire venir des consommateurs sur un élevage, pour qu’ils découvrent sur place le quotidien d’un éleveur et sa façon de travailler. C’est aussi une façon de renforcer les liens de filière entre les éleveurs, les abatteurs et les acheteurs. »

Les clients invités étaient des membres du club des ambassadeurs du magasin Auchan. « Nous avons créé ce club il y a un an pour récompenser nos clients les plus fidèles, explique Sébastien Guillet. Ils nous donnent leur avis sur les produits, font remonter des idées. Et une fois par mois, nous les invitons à découvrir comment sont produits les aliments que nous leur proposons. Depuis trois ans, nous vendons de l’agneau du Poitou-Charentes en libre-service exclusivement. Depuis le début de l’année, les ventes ont progressé de 20 %. Et au rayon traditionnel, nous ne vendons que du label rouge Le Diamandin depuis un an. Notre clientèle, plutôt urbaine, préfère manger moins de viande mais qu’elle soit de bonne qualité. Et cela les intéresse de savoir comment elle est produite. » En tout, le magasin vend 15 à 20 agneaux des deux filières par semaine. Ils sont fournis par l’abattoir Bichon GL de La Châtaigneraie (Vendée).

Sur l’élevage de Loïc Parnaudeau, les visiteurs étaient répartis en trois groupes. Un premier atelier présentait la filière nationale, régionale et les signes officiels de qualité. « C’est intéressant de voir comment fonctionne une filière du début à la fin, juge Christelle Viaud, venue avec sa fille. Je voulais aussi lui montrer comment cela se passe avant l’assiette. » Un autre atelier présentait les aspects techniques de la production, les races, les bâtiments, le tri des agneaux. « Nous aimons beaucoup l’agneau et cela nous intéresse de voir comment ils sont produits » déclarent Claude et Michel Dugas. Dans le troisième atelier, Loïc Parnaudeau faisait visiter sa bergerie, expliquait son métier, son quotidien, les naissances, la traçabilité. Enthousiaste et habitué des animations, il a pu communiquer un peu de sa passion d’éleveur, avec ses joies, ses difficultés et les contraintes de la production d’agneaux sous signe officiel de qualité. « Je ne savais pas qu’il y avait plusieurs races, avoue Michel Sicard, un des consommateurs visiteurs. Je pensais que les agneaux étaient produits dans des élevages industriels. Cela donne confiance de voir comment ils sont élevés. » La journée s’est poursuivie par un repas à base d’agneau du Poitou-Charentes, l’occasion encore d’échanges au sein de la filière et avec les consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre