Aller au contenu principal

L’agneau du Poitou-Charentes reçoit les consommateurs

Une première journée technico-touristique a été organisée par l’agneau du Poitou-Charentes à l’attention des consommateurs du magasin Auchan de Saint-Herblain.

Parti à 7 heures du matin de Saint- Herblain, près de Nantes (Loire- Atlantique), le car est arrivé aux Forges un peu avant 10 heures À son bord, une trentaine de consommateurs clients du magasin Auchan de Saint- Herblain. Après un rapide petit-déjeuner, ils sont allés découvrir l’élevage de Loïc Parnaudeau qui produit des agneaux du Poitou-Charentes IGP et des agneaux label rouge Le Diamandin. « L’idée est née d’une discussion avec Sébastien Guillet, le responsable boucherie du magasin, explique Daniel Gaillard, président du GIE Ovin du Centre Ouest. Chaque année, nous organisons trois animations dans ce magasin. Les clients sont très satisfaits de rencontrer des éleveurs. Nous avons donc pensé qu’il serait bien de faire venir des consommateurs sur un élevage, pour qu’ils découvrent sur place le quotidien d’un éleveur et sa façon de travailler. C’est aussi une façon de renforcer les liens de filière entre les éleveurs, les abatteurs et les acheteurs. »

Les clients invités étaient des membres du club des ambassadeurs du magasin Auchan. « Nous avons créé ce club il y a un an pour récompenser nos clients les plus fidèles, explique Sébastien Guillet. Ils nous donnent leur avis sur les produits, font remonter des idées. Et une fois par mois, nous les invitons à découvrir comment sont produits les aliments que nous leur proposons. Depuis trois ans, nous vendons de l’agneau du Poitou-Charentes en libre-service exclusivement. Depuis le début de l’année, les ventes ont progressé de 20 %. Et au rayon traditionnel, nous ne vendons que du label rouge Le Diamandin depuis un an. Notre clientèle, plutôt urbaine, préfère manger moins de viande mais qu’elle soit de bonne qualité. Et cela les intéresse de savoir comment elle est produite. » En tout, le magasin vend 15 à 20 agneaux des deux filières par semaine. Ils sont fournis par l’abattoir Bichon GL de La Châtaigneraie (Vendée).

Sur l’élevage de Loïc Parnaudeau, les visiteurs étaient répartis en trois groupes. Un premier atelier présentait la filière nationale, régionale et les signes officiels de qualité. « C’est intéressant de voir comment fonctionne une filière du début à la fin, juge Christelle Viaud, venue avec sa fille. Je voulais aussi lui montrer comment cela se passe avant l’assiette. » Un autre atelier présentait les aspects techniques de la production, les races, les bâtiments, le tri des agneaux. « Nous aimons beaucoup l’agneau et cela nous intéresse de voir comment ils sont produits » déclarent Claude et Michel Dugas. Dans le troisième atelier, Loïc Parnaudeau faisait visiter sa bergerie, expliquait son métier, son quotidien, les naissances, la traçabilité. Enthousiaste et habitué des animations, il a pu communiquer un peu de sa passion d’éleveur, avec ses joies, ses difficultés et les contraintes de la production d’agneaux sous signe officiel de qualité. « Je ne savais pas qu’il y avait plusieurs races, avoue Michel Sicard, un des consommateurs visiteurs. Je pensais que les agneaux étaient produits dans des élevages industriels. Cela donne confiance de voir comment ils sont élevés. » La journée s’est poursuivie par un repas à base d’agneau du Poitou-Charentes, l’occasion encore d’échanges au sein de la filière et avec les consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
La contrainte du loup revêt de multiples aspects, qui ont pour point commun de causer du stress et de la fatigue mentale à l'éleveur. © A. Chrétien
Éleveurs vs loups : du stress et du dégoût
La MRE Paca et Idele publient un recueil de témoignages d’éleveurs confrontés à la prédation du loup au quotidien.
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre