Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Au Vigeant, dans la Vienne
L’abattoir de la Sodem investit pour l’avenir

La Sodem-Covimo axe son développement sur les démarches qualités, l’optimisation de sa chaîne d’abattage et une meilleure valorisation des sous-produits.

Sur la chaîne d’abattage de la Sodem-Covimo, premier abattoir indépendant spécialisé ovin de France, les animaux défilent au rythme moyen de 340 par heure. Une des cadences les plus rapides d’Europe, prévue pour aller jusqu’à 380, voire 425 pendant la fête de l’Aïd. Depuis sa construction, la société a multiplié les opérations de rénovation et modernisation pour améliorer la cadence et soulager le travail. Elle a notamment investi en 2015 dans un double restrainer pour augmenter la performance de la chaîne, notamment pendant la période de l’Aïd. Il permet de respecter le délai de 14 secondes entre chaque agneau, imposé par la réglementation bien-être animal, lors de l’abattage sans étourdissement. Elle va aussi s’équiper d’un Vapo Vac qui envoie de la vapeur et aspire les souillure pour parfaire le nettoyage des carcasses.

La Sodem va chercher des agneaux de plus en plus loin

Pour diluer les coûts de fonctionnement de l’outil et atteindre l’équilibre, l’optimisation du remplissage de la chaîne est très importante. L’objectif d’abattre 9 000 têtes par semaine est atteint les semaines précédant Noël et largement dépassé la semaine de l’Aïd avec 14 000 têtes, mais ce n’est pas le cas pour les mois d’automne. Face à la diminution des cheptels dans la zone, la Sodem-Covimo va chercher des agneaux de plus en plus loin. Si sa zone principale d’activité reste le Centre-Ouest, avec les groupements Poitou ovin, Ecoovi et Terrena qui représentent 30 % des approvisionnements, ainsi que les associations d’éleveurs Adov, Adeds et Opalim, la Sodem achète aussi des agneaux en Aveyron, dans le Lot, le Centre-Val-de-Loire et dans l’Est de la France… Enfin, elle abat aussi des animaux pour le compte de tiers en prestation de services, essentiellement des brebis et chèvres de réformes, notamment pour l’entreprise Pierrepont.

90 % de la commercialisation se fait en carcasse, essentiellement auprès de grossistes de la région parisienne et du Nord-Ouest. Si l’abattoir est équipé pour faire de la découpe et des barquettes sous vide, cela ne représente plus que 10 % de son volume. Très coûteux en main-d’œuvre et frais de transport, ces produits sont concurrencés par des agneaux européens beaucoup moins chers et la Sodem-Covimo préfère trouver des partenariats auprès de découpeurs spécialisés géographiquement plus proches des lieux de consommation. La société a plutôt choisi d’axer sa stratégie de développement sur les démarches de qualité et elle a en 2015 vendu 25 % de ses agneaux sous signes d’identification de la qualité et de l’origine (Label rouge le Diamandin, IGP agneau de Poitou-Charentes, marque Agneaux des bocages et Filière qualité carrefour), soit une hausse de 4 % par rapport à 2014. Elle vient aussi de signer l’agrément pour faire du Bio. La dernière quinzaine de décembre, la Sodem achetait ses agneaux U2 certifiés labellisés aux environs de 7,5 euros le kilo. Pour les éleveurs de Poitou ovin, qui a mis en place une prime de saisonnalité, maximale à cette période, le prix perçu était finalement d’environ 8,3 euros par kilo de carcasse. Le prix de revente par la Sodem du même agneau U2 labellisé est compris entre 8,5 et 9,3 euros. « Il s’agit d’un seuil psychologique à ne pas dépasser. » Le gras constitue souvent le principal défaut des carcasses. « Les magasins n’acceptent plus en rayons les agneaux trop gras, l’agneau est vu comme un produit de niche et doit donc être irréprochable. »

Un projet de méthaniseur pour traiter une partie des déchets

Le traitement des coproduits et des déchets est aussi un enjeu de taille pour la Sodem-Covimo. « Un animal vivant, c’est en moyenne 50 % de carcasse et 50 % de sous-produits ». Une meilleure valorisation des sous-produits est donc une piste pour améliorer l’équilibre économique de l’abattoir. D’autant plus que l’équarrissage coûte cher. Près d’un euro par tête abattue, environ 200 000 euros pour l’année 2015. Faisant face à des coûts croissants d’élimination des déchets, l’abattoir a signé un objectif de réduction de ses déchets de 5 %.

La Sodem-Covimo a acquis cette année une nouvelle machine à traiter les boyaux, favorisant le recyclage des eaux usées. Elle possède sa propre station d’épuration avec un agent affecté à temps plein au suivi de son bon fonctionnement. Elle s’est de plus engagée dans un projet de construction de méthaniseur associant plusieurs structures afin de traiter et valoriser sur place une partie de ses déchets : fumiers, boue de station d’épuration, matière stercoraire (matière fécale et en digestion)… Le site permettra également la fourniture d’eau chaude pour l’abattoir et la réduction des émissions de gaz à effet de serre de la structure.

Optimiser le fonctionnement de la chaîne pour diluer les coûts

Un abattoir aux mains des éleveurs

La Sodem-Covimo est détenu à plus de 99 % par des organisations d’éleveurs. À sa création en 1978 par les coopératives Poitou ovin et Campal et un négociant local, l’objectif poursuivi est que les agneaux de la région ne partent plus se faire abattre ailleurs afin de conserver la valeur ajoutée dans la zone. L’Alliance pastorale a racheté fin novembre les anciennes parts de la Campal passées entre-temps aux mains de Somafer. « Nous voulions que l’actionnariat de la Sodem soit constitué d’organisations d’éleveur et que l’outil reste ainsi aux mains des éleveurs » explique Olivier de la Rochethulon, directeur de l’Alliance pastorale. Aujourd’hui, l’abattoir appartient à 40 % à Poitou ovin, 47 % à l’Alliance pastorale, et 8 % à Ecoovi, le reste étant réparti entre quelques autres groupements et individuels. Le fait que les coopératives soient actionnaires de l’abattoir permet d’avoir des liens de proximité renforcés entre les éleveurs et leur abattoir. « Pour Poitou ovins, l’intérêt de ce partenariat, c’est d’abord que la Sodem collecte les animaux chez les éleveurs et les amène directement sur le site d’abattage, explique Catherine Falcoz, directrice de l’OP Poitou ovins, ainsi nous n’avons aucun frais de transport. Nous fixons les prix ensemble, dans une relation de proximité et les adhérents peuvent avoir leurs retours d’abattage dans la journée. En contrepartie, Poitou ovins fait pour la Sodem tout le travail d’organisation de la production avec la prime saisonnière, le suivi d’élevage, la génétique… »

Chiffres clés

10 283 tonnes abattues en 2015 dont 4 300 en prestation de service
249 000 agneaux, 156 000 brebis et 66 000 chèvres abattues
116 salariés
45 millions d’euros de chiffre d’affaires
25 % des agneaux abattus vendus sous SIQO
44 % des agneaux vendus à des grossistes, 30 % en GMS, 20 % en boucherie rituelle
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre