Aller au contenu principal

La sélection génomique démarre en ovin lait

Une réorganisation du travail de sélection est nécessaire avec la sélection génomique. Premier bilan lors d’une conférence de France Génétique Élevage.

C’est parti pour la sélection génomique en race Lacaune. 1 850 béliers ont été génotypés en janvier et avril 2015, parmi lesquels 1 740 ont eu un index génomique. Les moins bons béliers, d’index négatifs, sont directement réformés, alors que les 280 meilleurs sont sélectionnés pour le centre d’insémination artificielle. Les autres béliers (avec index positifs, mais non conservés pour l’insémination) vont être vendus, pour la monte naturelle aux éleveurs. « Pour l’éleveur traditionnel, la génomique ne va rien changer au quotidien, remarque Luc Estienne, éleveur sélectionneur en race Lacaune et président du service élevage de la Confédération générale de Roquefort. Mais pour le sélectionneur, cette évolution entraîne la disparition du testage. Le thermos d’insémination artificielle, auparavant composé pour moitié d’agneaux en testage et pour moitié de pères à béliers testés, contiendra dorénavant un tiers d’agneaux génomiques, un tiers de pères à béliers et un tiers de pères à filles, confirmés ou génomiques. Cela devrait permettre 15 à 20 % de progrès génétique en plus. »

Pour les entreprises de sélection, c’est aussi un bouleversement puisque le passage à la génomique impose une réorganisation totale du centre d’élevage. En effet, tous les agneaux sélectionnés sur ascendance devront être rentrés en centre d’élevage pour y être génotypés. « Cela génère des surcoûts pour héberger et nourrir ces agneaux en station et pour le typage. Les centres d’élevage vont devoir vendre plus de béliers en monte naturelle et bien les valoriser. Le contrat du sélectionneur va également évoluer en conséquence. »

Un retour sur investissement plus complexe en races pyrénéennes

Si la Lacaune est partie la première, les races laitières pyrénéennes devraient suivre en 2017, avec un équilibre économique plus complexe à trouver. En effet, du fait de la capacité d’accueil limitée du centre ovin, les jeunes béliers devront être laissés chez les éleveurs en attendant le génotypage, avec une forme de contractualisation. Il faudra aussi organiser le retour sur investissement avec la monte naturelle car la part de l’insémination artificielle est moins importante.

Les ovins laitiers s’intéressent à la sélection génomique depuis 2009. Cette technique repose sur la connaissance du génome et de son lien avec le phénotype. Cela suppose d’avoir une population de référence suffisamment grande où l’on connaisse le génotype et phénotype des béliers d’IA pour les caractères d’intérêt afin d’établir précisément le lien entre les deux. On estime ensuite que les différents variants du génotype (identifiés par les marqueurs) auront le même effet sur le phénotype dans la population à sélectionner. Le système permet donc une évaluation précoce, avec une bonne précision de la valeur génétique d’un individu. Différents projets ont permis de 2009 à 2015 de construire les populations de référence des races, mettre en place l’ingénierie et l’indexation et vérifier l’équilibre économique de la méthode. On dispose donc aujourd’hui de 5 000 béliers génotypés en Lacaune et 2 000 en Manech Tête Rousse. La comparaison des éléments d’indexation a permis de vérifier que l’index génomique était toujours plus précis que celui sur ascendance, avec un gain de précision, plus ou moins important selon la race et le caractère.

Une double carrière pour les béliers

Cependant, l’établissement de la population de référence constitue un coût, de même que le génotypage. Ce coût peut être important, rapporté aux gains, plus réduit en ovins où l’intervalle générationnel est déjà faible, les béliers n’étant mis en attente qu’un an. En ovin, où on ne peut travailler que sur de la semence fraîche, la campagne d’insémination artificielle est très saisonnée et concentrée sur trois à quatre semaine. "Cela nécessite une population de béliers importante en centre d’IA qui oblige à ne pas se reposer sur les seuls jeunes béliers, explique Jean-Michel Astruc, de l’Institut de l’élevage. Les béliers ont donc une double carrière : avec un index génomique d’abord puis avec un index sur descendance ensuite."

le saviez-vous ?

La génomique avait jusqu’à présent été utilisée en ovins dans le cadre de la lutte contre la tremblante avec un gène majeur impliqué dans la résistance à la maladie. Un million de génotypages ont été réalisés pour ce gène en 15 ans et on est passé d’une fréquence allélique de l’allèle de résistance faible à assez élevée. En race Lacaune, Ovi-test a développé un typage systématique du gène majeur d’hyper prolificité, indésirable à l’état homozygote. Le génotypage a aussi été utilisé pour l’introgression du gène culard à partir du Texel belge dans les Lacaune.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
François Bouclet, 25 ans, utilise un quad, outil indispensable pour réaliser les clôtures sur les parcelles de couverts.
« Ma troupe pâture chez les voisins plus de six mois par an »
À Louches dans le Pas-de-Calais, François Bouclet s’est installé en janvier 2020 sur la ferme familiale. Il a fait évoluer l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre