Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Production ovine
La race Lacaune viande présente deux types génétiques adaptés aux besoins des éleveurs

Issue d´une sélection uniquement orientée vers la viande, cette Lacaune est résolument devenue une race lourde. Elle présente des particularités intéressantes obtenues par une sélection très poussée sur certains caractères.


Au sein de la même race, deux branches sont à présent largement distinctes. La branche laitière et la branche viande. A la production d´agneaux (production viande) sont attachés deux types génétiques adaptés aux besoins variés des éleveurs.
C´est à partir de 1969 que la section spécialisée viande est créée. Puis en 1976, le premier programme de sélection géré par Ovi-test met en place tous les outils modernes de gestion d´un schéma génétique (centres des béliers, Insémination Artificielle, Testage sur descendance). En 1980 le deuxième programme de sélection est créé par le Gebro. L´Upra Lacaune coordonne les activités et qualifie les reproducteurs.

Les priorités divergentes de sélection développées par ces deux schémas, permettent à présent de distinguer deux rameaux, chacun adapté à des besoins liés à un système d´élevage ou un type de production.
Avec 185 %, l´amélioration de la prolificité sur oestrus Naturel est sensible (195 % en global), on trouve des qualités Maternelles (valeur laitière, désaisonnement préservées), des progrès sur les qualités bouchères, c´est le schéma Ovi-Test.
Des critères bouchers (conformation, gras, qualités de carcasses) largement améliorés, des croissances exceptionnelles (395 g mâles simples, 381 g mâles doubles) GMQ 30-70 jours, des critères maternels maintenus. Prolificité moyenne (1,48 sur oestrus naturel, 1,78 sur oestrus induit). C´est le schéma de sélection Gebro.
©Upra Lacaune


Des outils techniques remarquables pour engranger du progrès génétique
Ces schémas reposent depuis leur création sur des bases de sélection avec des éleveurs motivés pour un travail collectif, (73 éleveurs, 31 200 brebis en 2002). La gestion des béliers et des IA dans les bases de sélection (16 000 IA), le fonctionnement de stations de Contrôle Individuels (420 béliers par an), le testage sur descendance des mâles sur les critères maternels et qualités bouchères (70 par an)... Grâce à l´organisation stricte de ces programme, les progrès génétiques sont considérables et mis à disposition de tous les utilisateurs de la race.
©Upra Lacaune

Une diffusion à l´échelle de toute une population
La population Lacaune Viande compte 320 000 brebis (1er effectif français en viande), une large diffusion est effectuée par insémination artificielle (122 000 IA) parmi lesquelles des IA sur le cheptel laitier, 9200 agnelles, 350 béliers sont également diffusés.
Dans le schéma Ovi-Test un gène majeur d´hyper prolificité a été mis en évidence. Depuis plusieurs années, la sélection porte sur la régularité des tailles de portées et exclu les animaux extrêmes (hyperprolifiques). Cette sélection pourra d´ores et déjà être réalisée grâce à l´utilisation des marqueurs génétiques.
Dans le schéma Gebro l´utilisation de DAC (distributeur automatique de concentré) est valorisé en station de contrôle individuel pour mesurer la consommation individuelle d´aliment et ainsi permettre une sélection sur l´efficacité alimentaire.
©Upra Lacaune

Et la tremblante...
La race part d´une situation de sensibilité variable selon les schémas. La fréquence allélique VRQ (hypersensibilité) varie de 0.07 à 0.15, fréquence ARQ (sensibilité) de 0.28 à 0.50, fréquence ARR (résistance) de 0.40 à 0.56. La mise en oeuvre de la sélection sur ce critère permet d´obtenir déjà des résultats très positifs tout en préservant l´acquis génétique des critères sélectionnés.
- Dans la base de sélection tous les béliers de monte naturelle sont R/R (Résistant / Résistant) dès 2003.
- Tous les béliers qualifiés par l´UPRA (vendus par les éleveurs particuliers ou les SCI) sont R/R dès 2003.
- 100 % des béliers mis en testage en 2003 sont R/R (80 % à 100 % en 2002). Un suivi sanitaire de chaque troupeau en sélection est effectué annuellement par un vétérinaire en complément d´un dépistage Border Disease, Visna Maëdi, et CSO tremblante. L´objectif est de limiter au maximum les risques sanitaires lors de la diffusion des reproducteurs (ou de semences).

Dans le berceau de race, la génétique apportée par la Lacaune permet l´homogénéisation du cheptel et apporte les qualités adaptées aux systèmes d´élevage régionaux pour la production d´agneaux sous la mère. Les demandes croissantes en reproducteurs traduisent l´engouement pour la race dont l´importance des bases de sélection reste cependant trop modeste : 31 000 femelles comparativement à l´effectif racial spécialisé viande estimé à 320 000 brebis. Un équilibre reste à trouver pour développer les effectifs en base de sélection et ainsi assurer une large diffusion du progrès génétique dans l´intérêt de la filière toute entière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre