Aller au contenu principal

Elevage ovin
La race Lacaune laitière, reine du bassin laitier du Rayon de Roquefort

Liée au prestigieux fromage de Roquefort, la branche lait de la race Lacaune est sélectionnée depuis plus de quarante ans pour répondre aux besoins des éleveurs et de la filière lait du Rayon de Roquefort.


Qu´elle soit spécialisée pour la production laitière ou pour la production de viande, le standard de la brebis Lacaune reste le même, seuls les critères qualitatifs de conformation diffèrent selon la spécialisation.
Sa tête est longue et fine. Elle a un profil légèrement busqué et est recouverte de poils blancs, lustrés et très fins. Ses oreilles sont longues et horizontales. Elle n´a pas de cornes. Son poids varie entre 65 et 75 kilos (les mâles pèsent plus de 100 kilos) pour une taille au garrot de 70 à 80 cm. Sa peau est de coloration blanche. Sa laine ne couvre que les parties supérieures du corps, elle laisse à découvert la tête, la nuque et un délicat décolleté. Sa toison pèse 1,5 à 2 kilos.
©Upra Lacaune


Constante évolution de la sélection
Dans le cadre de l´Upra Lacaune (coordonnateur et ayant en charge l´agrément des reproducteurs), la sélection de la race est effectuée par les deux unités de sélection (Confédération de Roquefort et Ovi-Test).
Depuis le début des années 1960, les performances laitières de la race ont été multipliées par trois pour la quantité de lait produite par brebis. A partir de 1985, les critères qualitatifs (taux butyreux et protéique) sont pris en compte ; les progrès sont sensibles sur l´ensemble de la population raciale. De nouveaux critères sont à présent sélectionnés : depuis 1999, les cellules somatiques avec pour objectif l´amélioration de la résistance aux mammites donc la qualité du lait, et depuis 2000, la morphologie de la mamelle pour la conformation des pis et par conséquent la facilité de traite. En parallèle, depuis 1995, la sélection portant sur l´amélioration de la résistance à la tremblante a débuté en éliminant à l´origine les béliers hypersensibles des centres d´inséminations artificielles.
©Upra Lacaune


Des critères nouveaux
Depuis 2002, grâce à la mise en oeuvre du programme national, tous les béliers produits dans la race sont homozygotes résistants. Avec le renouvellement accéléré, l´ensemble des mâles utilisé en 2005 dans la race sera homozygote résistant.
De nouvelles voies se dessinent pour l´amélioration de la longévité fonctionnelle des femelles, c´est-à-dire l´aptitude à augmenter la durée de carrières des animaux. La sélection assistée par marqueurs prendra en compte les nouvelles connaissances accumulées dans le domaine de la génétique moléculaire, afin de rendre plus efficace la sélection classique, par exemple pour le choix précoce des reproducteurs. De nouveaux critères tels que résistance aux maladies, reproduction, qualité du lait. pourraient être améliorés.

Le programme de sélection repose sur une organisation collective des outils génétiques (centres d´insémination artificielle, centres d´élevage des jeunes béliers) et de la gestion de la sélection (mise en oeuvre du contrôle laitier officiel, contrôle laitier simplifié, inséminations artificielles, testage sur descendance). La base de sélection représente 20 % de l´effectif racial (395 troupeaux) nécessaire pour mener à bien le programme de sélection (contrôle de performance, indexation des reproducteurs, accouplements.) et donc la création du progrès génétique essentiel à l´approvisionnement des utilisateurs. Ces troupeaux bénéficient d´une avance génétique évaluée à cinq années sur les utilisateurs.

Diffusion par insémination artificielle
La diffusion s´effectue chez les utilisateurs essentiellement grâce à l´insémination artificielle (50 % des femelles sont inséminés), puis grâce à l´achat de béliers issus de la base de sélection. 70 % de l´effectif racial est soumis au contrôle laitier simplifié, dans ces troupeaux, le taux de diffusion est proche de 100 %.
©Upra Lacaune


Dans le Rayon de Roquefort
La race Lacaune Lait est un maillon indispensable à la production laitière du Rayon de Roquefort, entrant dans le cahier de charges de production de l´AOC Roquefort (pour le lait) ou la CCP « Prince Agneau » (pour la viande). Elle doit son adaptation à ses origines rustiques ainsi qu´à l´évolution adaptée de son programme de sélection et à son efficacité. Pour l´éleveur utilisateur, la race est un élément essentiel de la compétitivité du troupeau. L´investissement génétique cumulé au fil des ans permet l´acquisition d´un capital génétique nécessaire pour obtenir une bonne capacité de production, richesse du lait, qualité, résistance à la tremblante, facilité de traite, longévité...
©Upra Lacaune

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre