Aller au contenu principal

Elevage ovin
La race Lacaune laitière, reine du bassin laitier du Rayon de Roquefort

Liée au prestigieux fromage de Roquefort, la branche lait de la race Lacaune est sélectionnée depuis plus de quarante ans pour répondre aux besoins des éleveurs et de la filière lait du Rayon de Roquefort.


Qu´elle soit spécialisée pour la production laitière ou pour la production de viande, le standard de la brebis Lacaune reste le même, seuls les critères qualitatifs de conformation diffèrent selon la spécialisation.
Sa tête est longue et fine. Elle a un profil légèrement busqué et est recouverte de poils blancs, lustrés et très fins. Ses oreilles sont longues et horizontales. Elle n´a pas de cornes. Son poids varie entre 65 et 75 kilos (les mâles pèsent plus de 100 kilos) pour une taille au garrot de 70 à 80 cm. Sa peau est de coloration blanche. Sa laine ne couvre que les parties supérieures du corps, elle laisse à découvert la tête, la nuque et un délicat décolleté. Sa toison pèse 1,5 à 2 kilos.
©Upra Lacaune


Constante évolution de la sélection
Dans le cadre de l´Upra Lacaune (coordonnateur et ayant en charge l´agrément des reproducteurs), la sélection de la race est effectuée par les deux unités de sélection (Confédération de Roquefort et Ovi-Test).
Depuis le début des années 1960, les performances laitières de la race ont été multipliées par trois pour la quantité de lait produite par brebis. A partir de 1985, les critères qualitatifs (taux butyreux et protéique) sont pris en compte ; les progrès sont sensibles sur l´ensemble de la population raciale. De nouveaux critères sont à présent sélectionnés : depuis 1999, les cellules somatiques avec pour objectif l´amélioration de la résistance aux mammites donc la qualité du lait, et depuis 2000, la morphologie de la mamelle pour la conformation des pis et par conséquent la facilité de traite. En parallèle, depuis 1995, la sélection portant sur l´amélioration de la résistance à la tremblante a débuté en éliminant à l´origine les béliers hypersensibles des centres d´inséminations artificielles.
©Upra Lacaune


Des critères nouveaux
Depuis 2002, grâce à la mise en oeuvre du programme national, tous les béliers produits dans la race sont homozygotes résistants. Avec le renouvellement accéléré, l´ensemble des mâles utilisé en 2005 dans la race sera homozygote résistant.
De nouvelles voies se dessinent pour l´amélioration de la longévité fonctionnelle des femelles, c´est-à-dire l´aptitude à augmenter la durée de carrières des animaux. La sélection assistée par marqueurs prendra en compte les nouvelles connaissances accumulées dans le domaine de la génétique moléculaire, afin de rendre plus efficace la sélection classique, par exemple pour le choix précoce des reproducteurs. De nouveaux critères tels que résistance aux maladies, reproduction, qualité du lait. pourraient être améliorés.

Le programme de sélection repose sur une organisation collective des outils génétiques (centres d´insémination artificielle, centres d´élevage des jeunes béliers) et de la gestion de la sélection (mise en oeuvre du contrôle laitier officiel, contrôle laitier simplifié, inséminations artificielles, testage sur descendance). La base de sélection représente 20 % de l´effectif racial (395 troupeaux) nécessaire pour mener à bien le programme de sélection (contrôle de performance, indexation des reproducteurs, accouplements.) et donc la création du progrès génétique essentiel à l´approvisionnement des utilisateurs. Ces troupeaux bénéficient d´une avance génétique évaluée à cinq années sur les utilisateurs.

Diffusion par insémination artificielle
La diffusion s´effectue chez les utilisateurs essentiellement grâce à l´insémination artificielle (50 % des femelles sont inséminés), puis grâce à l´achat de béliers issus de la base de sélection. 70 % de l´effectif racial est soumis au contrôle laitier simplifié, dans ces troupeaux, le taux de diffusion est proche de 100 %.
©Upra Lacaune


Dans le Rayon de Roquefort
La race Lacaune Lait est un maillon indispensable à la production laitière du Rayon de Roquefort, entrant dans le cahier de charges de production de l´AOC Roquefort (pour le lait) ou la CCP « Prince Agneau » (pour la viande). Elle doit son adaptation à ses origines rustiques ainsi qu´à l´évolution adaptée de son programme de sélection et à son efficacité. Pour l´éleveur utilisateur, la race est un élément essentiel de la compétitivité du troupeau. L´investissement génétique cumulé au fil des ans permet l´acquisition d´un capital génétique nécessaire pour obtenir une bonne capacité de production, richesse du lait, qualité, résistance à la tremblante, facilité de traite, longévité...
©Upra Lacaune

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre