Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Parasites externes
La prévention demeure nécessaire

Gales, tiques, poux, myiases nécessitent un traitement préventif pour être combattus. Leur présence est encore trop importante en France.


« Plus la population ovine d´une région est dense et plus les parasites externes sont présents », rappelle Francis Personne, du Syndicat des cuirs et peaux.
Les derniers foyers de gale en France se situent principalement dans le Sud et le Sud-Est. Le regroupement des troupeaux par la pratique de la transhumance favorise l´infestation. « Les éleveurs doivent se motiver pour mettre en place un traitement collectif, avec un protocole permettant d´éradiquer cette maladie », insiste Francis Personne. En Pyrénées, l´addition de baignade et d´injection a permis d´assainir une grande part des troupeaux partant en estive.
Les foyers qui persistent dans l´Est et le Centre-Ouest ont souvent pour origine des traitements avec une posologie trop faible et une fréquence d´intervention non respectée, quelle que soit la méthode utilisée. Les coûts deviennent alors d´autant plus élevés que le traitement se révèle inefficace.

Pour les tiques, seules les régions avec des terrains très calcaires sont concernées. Mais les poux sont présents dans tous les élevages à partir du début de l´hiver et avec une fréquence élevée dans les troupeaux en bergerie. Des traitements par aspersion ou en pour-on suffisent à éliminer ces deux parasites qui sont sensibles aux pesticides utilisés.
Cibler le parasite et traiter à la bonne dose
Les myiases provoquent des pertes dans les troupeaux (morbidité et mortalité) et se répartissent un peu partout sur le territoire. Cette parasitose doit être combattue en préventif d´autant qu´elle survient à une période où les éleveurs doivent faire face à de nombreux travaux sur l´exploitation. Toute méthode pour se révéler efficace doit être mise en place en respectant les conditions d´utilisation : nombre d´interventions selon le parasite, temps d´application au contact du parasite, sans oublier la nécessité d´utiliser la bonne molécule avec une posologie suffisante. Les bains ou douches ou les épandages dorsaux (pour-on) et enfin les injections procurent des résultats favorables. Les pulvérisations ne peuvent être envisagées que contre les poux.
Suite à la mise en place des Limites maximales de résidus, seules quelques familles chimiques de produits sont disponibles sur le marché. Leur utilisation doit être rigoureuse afin d´éviter la création de résistances des parasites à ces molécules :
pour bains et douches : Diazinon, Phoxim, Deltaméthrine, Fenvalérate, Amitraz ;
en pour-on : Dicyclanil, Deltaméthrine ;
en injection : Ivermectine, Moxidectine, Doramectine.
« La motivation des éleveurs demeure la condition obligatoire pour faire disparaître les derniers foyers de parasites externes », souligne Francis Personne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre