Aller au contenu principal

La polyculture-élevage plus économe en pesticides

Grâce notamment à la culture des prairies temporaires, les systèmes de polyculture-élevage utilisent moins de produits phytosanitaires.

Premier producteur agricole européen, la France est également le premier consommateur de produits phytosanitaires en Europe. Le monde de l’élevage dont les exploitations regroupent 64 % de la surface agricole nationale et 48 % des terres labourables est concerné par cette thématique, en particulier les systèmes de polyculture-élevage qui associent cultures de vente et cultures à destination des ateliers animaux.

Moins de traitements sur les cultures fourragères

L’Institut de l’Élevage a analysé l’usage de produits phytosanitaires dans près de 1 200 exploitations du réseau Dephy Ferme. Dans cette étude, les systèmes sont classés en polyculture-élevage dès lors qu’ils comportent des cultures fourragères destinées à l’alimentation animale (prairies, maïs ensilage…). Les systèmes sans cultures fourragères sont affiliés aux grandes cultures, même s’il y a un atelier d’élevage sur l’exploitation, qui consomme éventuellement une partie des céréales. Il apparaît que l’indice de fréquence de traitement (c’est-à-dire nombre de doses homologuées de produits phytosanitaires appliquées annuellement sur les cultures) des polyculteurs-éleveurs est inférieur de 43 % à celui des purs cultivateurs. Cependant, avec 14 % des surfaces en prairies temporaires, 3 % en luzerne et 30 % en maïs, les systèmes en polyculture-élevage ont des assolements plus favorables pour limiter le recours aux pesticides. En effet, les fourrages ne nécessitent en moyenne que 1,08 passage contre 3,88 pour les autres cultures. « L’incitation des éleveurs à augmenter l’autonomie fourragère et la part des cultures fourragères dans la ration des troupeaux est donc un levier potentiellement très fort dans le cadre du plan Ecophyto » s’enthousiasmait Nicolas Chartier de l’Institut de l’Élevage en présentant cette étude lors du dernier congrès 3R.

Des polyculteurs moins intensifs sur les cultures

Les systèmes en polyculture-élevage semblent en outre avoir des pratiques moins intensives. Par exemple, pour cultiver du blé tendre d’hiver, les polyculteurs traiteront en moyenne 3,45 fois contre 4,09 fois pour les grandes cultures. La destination différente des cultures pourrait expliquer en partie la différence de traitement. Ainsi un tiers des blés tendres sont à destination de l’atelier animal dans les systèmes en polyculture-élevage contre 20 % pour les systèmes grandes cultures. Le recours plus fréquent au travail du sol, l’alternance de cultures d’hiver et de printemps, l’effet « nettoyant » des prairies temporaires sont également des éléments qui expliquent ces niveaux plus faibles d’usage des produits phytosanitaires dans les systèmes de polyculture élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Les achats d'aliments concentrés représentent généralement une part importante des coûts de production.
Face à l’inflation, une aide publique pour l’alimentation animale
La guerre en Ukraine a entraîné une flambée du coût des matières premières agricoles, déjà à un haut niveau avant ce conflit.…
Les animations, concours et présentations du ring ovin du Salon de l'agriculture sont à suivre en direct puis en replay sur la chaîne YouTube du SIA.
Retrouvez le ring ovin du salon de l'agriculture en replay
Le Salon de l'agriculture de Paris retransmettait les présentations, concours et animations du ring ovin en direct puis en replay.
Faites vous-même votre aménagement en 3D.
Votre bergerie en 3D
« Des dizaines de plans de bergerie et de parcs de contention sur la page Web EquipInnovin » « Si vous souhaitez construire…
Le choix du chien de conduite doit s'effectuer suivant plusieurs critères. Les qualités au travail des deux parents est un incontournable.
Les cinq questions à se poser avant d’acheter un border collie
L’Association française du border collie a été créée en 1979 dans le but d’assurer la promotion et la sélection du border collie…
L'élevage ovin permet le maintien de surfaces enherbées qui stockent plus de la moitié des gaz à effet de serre émis par la production d'agneaux.
Faut-il arrêter l’élevage d’ovins pour sauver la planète ?
    Sindy Throude, chargée de mission élevage ovin et environnement à l’Institut de l’Élevage. © DR  « L’arrêt de l’élevage…
« J’ai appris à marcher au milieu des brebis de la ferme familiale »
Installé avec ses parents il y a quatre ans, Clément Rouquié a pris la suite de son grand-père sur l’exploitation familiale…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre