Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La formation, un outil indispensable pour s’améliorer

Vétérinaire proche des préoccupations des éleveurs, Hubert Germain leur dispense des formations sur la santé animale.

© lgeffroy

Rendre plus accessible aux éleveurs le diagnostic de l’état de santé de leurs brebis, c’est la mission que s’est donné Hubert Germain, vétérinaire et formateur. Son dada, c’est l’autopsie. Il s’est enrichi d’un appareil photo ce qui lui permet, images à l’appui, de dispenser ses trucs et astuces pour reconnaître les lésions courantes. Exemple dans l’Eure, où il a proposé via la chambre d’agriculture de montrer, lors d’une formation d’une journée, les informations que l’on peut tirer d’une autopsie. La première partie se déroule en salle où sont présentés les différents parasites rencontrés en ovin, les limites de la coprologie et un point sur la résistance aux molécules utilisées en médecine vétérinaire.

D’abord observer les dents et les yeux

L’examen d’un animal commence par les molaires (voir Pâtre 611) et les paupières pour identifier une éventuelle anémie. Hubert Germain montre aux éleveurs Vétérinaire proche des préoccupations des éleveurs, Hubert Germain leur dispense des formations sur la santé animale. comment bien réaliser ces gestes. Il passe ensuite à l’euthanasie. Il utilise un pistolet d’abattage de marque Blitz et précise qu’il est en vente libre et proposé à la coopérative des Bergers du Soleil (Sisteron). Les éleveurs s’interrogent sur la réglementation. A-t-on le droit de réaliser des euthanasies et des autopsies quand on n’est pas vétérinaire ? Hubert Germain leur confirme que les éleveurs peuvent le faire, le pistolet d’abattage étant reconnu par la réglementation.

Il explique la règle des 4 p : poumon, parasite, pica, paratuberculose. C’est un moyen mnémotechnique pour identifier les grandes causes d’amaigrissement. Le pica se réfère à la présence de laine dans la panse souvent lié à de mauvaises dents. Les problèmes pulmonaires s’expriment davantage en bergerie et le parasitisme domine en système herbager. La paratuberculose concerne quelques races sensibles à cette maladie.

Des progrès à réaliser au niveau sanitaire

Si on sacrifie une brebis à bout de souffle pour l’autopsie, ce que conseille Hubert Germain, le bilan est en général valable pour le troupeau. Une technique plus fiable que la coprologie, d’après le vétérinaire. Il est important de se former, Une étude a montré que la participation des éleveurs ovins et caprins aux formations qu’on leur propose est plus faible que dans les autres productions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre