Aller au contenu principal

La FNO veut du sens et de la modernité pour la production ovine

Lors de son assemblée générale en Haute-Vienne le 8 septembre, la Fédération nationale ovine a organisé une table ronde autour de l’image de l’éleveur dans la société et les problématiques rencontrées.

« La production ovine : du sens et de la modernité », ainsi s’intitulait la table ronde mise sur pied par les équipes de la fédération nationale ovine, à l’occasion de son assemblée générale le 8 septembre au lycée agricole des Vaseix, en Haute-Vienne. Derrière cette vaste formulation, c’est principalement l’image de l’éleveur dans la société et les attentes de nos concitoyens vis-à-vis de l’élevage qui ont été abordées.

Une quête de nature à laquelle répondent les éleveurs

D’ailleurs, Michèle Boudoin, la présidente de la FNO, introduit le sujet : « Le métier d’éleveur ovin fait sens, nous nourrissons les hommes et c’est primordial. Nous avons cette charge de nourrir la société et il faut que celle-ci parvienne à consommer des aliments de proximité ». Nos concitoyens, en particulier depuis l’épidémie de Covid-19 et les confinements successifs, sont en quête de nature « malgré l’urbanité de la société », poursuit Michèle Boudoin. Pour elle, c’est aux éleveurs qu’il revient de parler de leur métier aux gens, d’ouvrir leurs fermes, de montrer ce qu’ils savent faire. « C’est ainsi que nous redonnerons du sens au métier d’éleveur pour nos concitoyens. » Nicolas Arpin, tout récemment installé sur une exploitation ovine en Haute-Savoie, appuie en ce sens : « La discussion avec les gens qui ne sont pas du milieu agricole est enrichissante dans les deux sens : eux découvrent notre métier, et nous, nous profitons de leur vision neuve et fraîche de l’élevage, cela permet de se poser des questions pour faire évoluer son système ». Nicolas Arpin a par ailleurs intégré le programme Éleveurs-témoins qui consiste à se former pour prendre la parole face caméra. « Cela permettrait de contrebalancer l’omniprésence des ONG dans les médias, on donne la parole à ceux qui parlent fort et qui se montrent beaucoup. Cela ne fait pas d’eux des experts », souligne Frédéric Denhez, journaliste et écologue.

La mort et les gaz à effet de serre cristallisent les tensions

Néanmoins, certaines thématiques continuent à déchaîner les passions. Frédéric Denhez témoigne : « J’ai été chroniqueur radio à France Inter et j’ai constaté au fil des ans que deux sujets autour de l’élevage cristallisaient les tensions : les émissions de gaz à effet de serre (GES) et la mort des animaux ». Selon lui, le véganisme est une mode, « un marqueur social » pour les classes supérieures qui perd peu à peu en visibilité. Le journaliste explique que l’image de l’élevage dans la société balance entre « émission de GES - consommation d’eau » et « entretien des paysages - résilience au changement climatique ». « Il faut s’appuyer sur cette deuxième partie pour défendre l’élevage, soutient-il. L’image de l’élevage change tout doucement en positif mais elle est entachée de nombreuses contradictions, comme de la qualité à moindre coût, par exemple. »

Emmanuel Coste, de la Confédération nationale de l’élevage, revient sur la question de la mort : « Il ne faut pas la cacher, elle fait partie de notre métier, du cycle de vie des animaux de rente. Il faut lever ce tabou et ne pas craindre de parler de nos pratiques qui sont justifiées. Montrons également la multitude de choses positives à montrer, à commencer par la durabilité de l’élevage ovin ».

À l’issue de la table ronde, Michèle Boudoin a remis symboliquement la houlette de berger à Jean-Roch Lemoine, président de la Fédération départementale ovine de l’Aube car c’est dans ce département du Grand-Est que se tiendra la prochaine assemblée générale.

La FNO élit son nouveau bureau

L’assemblée générale du 8 septembre était élective :

Présidente : Michèle Boudoin, Auvergne-Rhône-Alpes

1er vice-président : Patrick Soury, Nouvelle-Aquitaine

Vice-président : François Monge, La Coopération agricole

Vice-président : Jean-François Hirigaray, Nouvelle-Aquitaine

Secrétaire générale : Brigitte Singla, Occitanie

Secrétaire général : Claude Font, Auvergne-Rhône-Alpes

Secrétaire général adjoint : Jean-Roch Lemoine, Grand-Est

Secrétaire général adjoint : Jean-François Cazotte, Occitanie

Secrétaire général adjoint : Mathieu Sourisseau, Nouvelle-Aquitaine

Trésorier : Jérôme Redoules, Occitanie

Membre : Emmanuel Fontaine, Organisations de producteurs non commerciales

Membre : Jean-Paul Rault, Pays de la Loire

Membre : Étienne Fouché, Occitanie

Membre : Alexandre Saunier, Bourgogne-Franche-Comté

Membre : Jean-François Dubaud, Nouvelle-Aquitaine

Membre : Georges-André Muzart, Jeunes Agriculteurs

Les plus lus

Les livreurs de lait de vache, chèvre et brebis peuvent désormais consulter en direct les résultats des analyses de lait sur l'application Infolabo.
Une appli Infolabo pour consulter ses analyses de lait
Les livreurs de lait de vache, chèvre et brebis peuvent désormais consulter en direct les résultats des analyses de lait sur l’…
Xavier Marchand, éleveur de romanes en Ille-et-Vilaine, s'est installé en 2018 sur l'exploitation familiale. Son intérêt pour la génétique l'a poussé à sauter le pas ...
Un pied dans la sélection ovine pour diversifier le revenu
Xavier Marchand a repris la ferme familiale en Bretagne. Il conduit ses romanes en sélection et en agneaux de boucherie pour…
Florette Richard a grandi en Vendée, en zone de plaine, dans l’exploitation familiale en production ovine.
« Je pars en estive avant de m’installer »
Florette Richard a grandi en Vendée, en zone de plaine, dans l’exploitation familiale en production ovine (vendéennes et romanes…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Les agneaux issus des meilleurs béliers étaient engraissés en 6 jours, voire en 12, de moins que les agneaux issus de béliers à moins haute valeur génétique.
La sélection génétique, un retour sur investissement rapide en ovin allaitant
Une étude a démontré les différences de qualité et de conduite entre des agneaux issus de bons béliers et ceux issus de moins…
Jean-Paul Rault, président de France génétique élevage et sélectionneur en mouton vendéen en Vendée.
« Faire entrer la génétique ovine dans les élevages »
Jean-Paul Rault est éleveur de moutons vendéens et président de France génétique élevage. Pour lui, la génétique est le meilleur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre