Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La Cour des comptes analyse les aides d’urgence accordées aux agriculteurs

Dans un rapport publié le 8 février, la Cour des comptes épingle le mode d'attribution des aides nationales d’urgence accordées en agriculture entre 2006 et 2010 lors d’aléas sanitaires ou climatiques, « [qui] ont généralement pour origine les demandes des professionnels, souvent avant même que les retombées réelles de la crise ne soient connues », écrivent les rapporteurs. Ils dénoncent une juxtaposition de mesures ayant le même objectif qui entraîne un coût de gestion élevé. Trois secteurs agricoles ont bénéficié plusieurs années consécutives de mesures d’urgence spécifiques, dont l’élevage, en particulier le secteur ovin, pour un total de 289,4 millions d’euros. « La Cour n’a pu trouver trace dans les services du ministère chargé de l’agriculture d’aucune évaluation ex post interne ou externe des différents plans d'urgence mis en place », regrettent les rapporteurs, qui recommandent des retours d’expérience pour chaque crise.

Il est évoqué les aides liées à la fièvre catarrhale ovine en 2008, dont 25 millions d’euros. « L’intitulé de l’aide telle qu’elle a été notifiée à la Commission européenne est le suivant : « Indemnisation des pertes dues à l’épizootie de FCO pour l’élevage ovin allaitant ». Or, elle a été versée de façon automatique, sans nécessiter de demande de la part des exploitants, et elle a été calculée en fonction de l’enveloppe budgétaire disponible et du nombre d’animaux relevant de la prime à la brebis (…). Si la simplicité de mise en œuvre de l’aide est louable, elle ne respectait pas certaines conditions spécifiées au règlement d’exemption ».

D’autres aides sont passées au crible, celle de la tempête Xynthia, par exemple, ou les inondations du Var. Les rapporteurs concluent qu’il faut « aider autrement les agriculteurs en cas de crise » et la Cour des comptes recommande un système de couverture des risques plus cohérente et équilibrée, avec une plus grande responsabilisation des exploitants agricoles et un recours moins systématique à la solidarité nationale, qu’il faut « réserver aux crises d'une ampleur exceptionnelle, sur la base de données chiffrées objectives ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vignette
Tech-Ovin, le salon 100 % mouton
Pour ses 20 ans, le salon Tech-Ovin sera une nouvelle fois le rendez-vous de tous les éleveurs. Rendez-vous les 4 et 5 septembre…
Vignette
Premier bilan de la campagne européenne de promotion de l'agneau
Un bilan positif, mais inquiet de l’avenir, après un an de campagne européenne de promotion pour la viande d’agneau.
Vignette
Moutons et vaches font bon ménage
L’Inra étudie la complémentarité des ovins et bovins au pâturage ainsi que l’engraissement des agneaux à l’herbe.
Vignette
Dentelle paysanne
Brigitte Dépalle, créatrice textile vers Saugues (Haute-Loire) et ancienne éleveuse de chèvres, a toujours rêvé de recycler les…
Vignette
Pour un vraie reconnaissance du pastoralisme
L’élevage pastoral est pertinent économiquement et répond aux enjeux sociétaux actuels. Plaidoyer pour un soutien au pastoralisme.
Vignette
BD Le loup
Le loup, le dernier roman graphique de Jean-Marc Rochette, narre avec une certaine pudeur la confrontation entre un berger et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7,6€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre