Aller au contenu principal

Races ovines
La brebis Rava est rustique et performante

En Auvergne, la brebis Rava fait partie du paysage. Avec plus de 40 000 brebis, cette race avec sa belle tête mouchetée, est gagnante là où d´autres échouent.


Les conditions de vie particulières dans les Monts Dômes, son berceau de race, sont à l´origine de ses performances. Ses qualités de désaisonnement des chaleurs, de prolificité et d´adaptation dans des zones d´altitude difficiles en font une reproductrice efficace. Elle agnelle trois fois en deux ans (un tiers des brebis agnellent deux fois dans l´année sans synchronisation des chaleurs) et donne naissance à 1,5 agneau par mise bas. Chaque année de 1,8 à plus de 2 agneaux voient le jour pour chaque brebis.
©Upra


Ses aptitudes
La brebis Rava est une race rustique réputée pour son adaptation aux conditions difficiles (chaîne des Dômes, Parc des Volcans) et pour ses qualités maternelles. Sa capacité à puiser dans ses réserves corporelles et à les reconstituer en fonction de la ressource fourragère lui permet de vivre en plein air intégral et de se satisfaire d´une alimentation fruste (bruyère, herbe durcissant vite) pendant une grande partie de l´année. Excellente marcheuse, elle est très bien adaptée aux parcours et aux estives. Sa très bonne aptitude au désaisonnement permet une augmentation naturelle du rythme d´agnelage qui se traduit par une productivité de 1,8 à 2 agneaux par femelle et par an, dans des conditions d´alimentation satisfaisantes. De plus, les éleveurs commercialisent les agneaux durant les périodes les plus favorables du marché.
La brebis Rava fait aussi preuve de grandes qualités maternelles (facilité de mise-bas, adoption des agneaux,.) qui simplifient le travail de l´éleveur et limitent la mortalité des agneaux.
En moyenne, les brebis adultes pèsent de 60 à 75 kilos et les béliers adultes de 80 à 100 kilos.

Sa laine
La laine qu´elle produit est jarreuse et grossière : mèches de 8 à 10 cm. Brebis : environ 1,8 kg de laine par an et 2,5 kg pour un bélier. La composition et la disposition de sa toison la rendent résistante aux intempéries.
©Upra


Ses origines
En France, ce type d´animal rustique est décrit pour la première fois en 1826 et dénommé « la race Celte ». La diversité des climats et des sols du Massif central a fait évoluer ces animaux jusqu´à former de véritables races autochtones : Rava, Bizet, Noire du Velay,...
De nombreux croisements sont intervenus dans l´histoire de la race Rava. De 1815 à 1825, il y eut une infusion de sang Mérinos, puis Gasconnais (ce qui explique la ressemblance avec la Manech). En 1947, le croisement Rava x Limousine fut encouragé, puis Rava x Caussenarde. Ils accentuèrent les principales qualités de la Rava.
Le métissage avec des béliers de race à viande (Southdown et Charmoise), encouragé par les bouchers jusque dans les années 70, contribua pour une grande part à la régression de la race Rava. Un noyau survécut grâce au système des troupeaux collectifs où les jeunes mâles Rava, très précoces saillissaient avant l´âge d´abattage. Depuis, elle a reconquis les montagnes auvergnates.
©Upra


Systèmes d´élevage
Le système le plus communément rencontré se caractérise par :
- une période d´estive de mai à octobre entre 1200 et 1500 m d´altitude, permise par la rusticité et la résistance aux intempéries de la Rava ;
- la pratique d´une lutte principale de printemps ou de deux luttes (automne et printemps) sur tout ou partie de l´effectif :
- l´abattage des agneaux entre 100 et 120 jours avec un poids vif de 30 à 38 kilos : malgré une conformation moyenne, les carcasses sont bien valorisées grâce à la finesse du squelette et l´absence de gras.

Les sélectionneurs ont décidé en 1988 d´adapter l´organisation de la race à la production d´agneaux bien conformés (l´objectif étant de produire des carcasses R ou O, sans gras). Ce schéma repose sur l´utilisation de brebis F1 issues d´un croisement entre une brebis Rava et un bélier Ile de France. (Les béliers utilisés sont améliorateurs à la fois sur les qualités bouchères et maternelles).
70 % des brebis présentes sur le territoire du Parc naturel régional des volcans d´Auvergne (forte amplitude thermique saisonnière et journalière, disponibilité fourragère,...) sont de race Rava.
Elle préserve et valorise le patrimoine naturel sur près de 60 000 hectares en maintenant les espaces ouverts. Sur le seul territoire du Parc, 170 éleveurs et bergers vivent directement de cette belle brebis.
©Upra


Sélection
La sélection de la race Rava est menée au sein de l´UPRA Races Ovines des Massifs qui regroupe cinq autres races rustiques du Massif central. Une trentaine d´éleveurs, répartis dans quatre départements, se sont engagés pour continuer de faire progresser les performances de cette brebis. Plus de 10 000 animaux sont aujourd´hui contrôlés. Leur objectif est de faire progresser les qualités maternelles (prolificité et valeur laitière) tout en préservant la rusticité et le comportement maternel des brebis Rava.
Sur la tremblante, la sélection progresse : après un an de travail, 73 % des agneaux qui naissent sont résistants à la tremblante.
Le Centre d´élevage assure le renouvellement du haras de béliers au travers d´une gestion collective. 40 à 50 béliers sont sélectionnés chaque année et plus de 1600 agnelles qualifiées sont diffusées auprès des utilisateurs pour leur renouvellement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre