Aller au contenu principal

« La brebis charmoise c’est un peu comme une 2cv ! »

La race ovine charmoise est de plus en plus demandée en France pour sa rusticité. Rencontre avec des éleveurs au Sommet de l’élevage.

« J’aime bien comparer la charmoise à une 2cv. C’est une petite brebis qui se conduit facilement et qui consomme peu comme une 2cv ! » sourit Christophe Rainon, éleveur, dans les allées du Sommet de l’élevage. « D’une faible taille et de faible prolificité, cette race ovine va se satisfaire de peu d’alimentation et les brebis charmoises valorisent très bien les milieux difficiles comme des prairies permanentes sur sols granitiques », poursuit l’éleveur.
 

Une brebis qui valorise bien les milieux difficiles

Dès sa création la race charmoise a été orientée vers la production de viande dans des conditions difficiles.

« Aujourd’hui la race charmoise est extrêmement demandée en France car beaucoup d’éleveurs veulent introduire de la rusticité, de la résistance à la sécheresse dans leur troupeau », explique Bernard Salvat, président de la race charmoise au sein de l’organisme de sélection (OS) Geode.

Le Sommet de l’élevage est l’occasion pour la filière de vendre des béliers pour le croisement avec des grandes races françaises.
 

Un troupeau de plus de 20 000 animaux en France

En France 3000 à 4000 brebis sont inscrites au noyau de sélection et le troupeau de charmoise compte 20 000 à 25 000 animaux en production de viande.

A l’international, la charmoise est présente au Pays de Galles, et en Suisse. Elle est aussi utilisée en croisement au Benelux et en Allemagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Elisa Morel : « Très attachée au massif vosgien, le cédant m’accompagne dans la reprise de l’exploitation, en me laissant libre sur les choix de conduite à venir. »
"Je suis accompagnée par le cédant dans la reprise de l’exploitation ovine"
Elisa Morel, 23 ans, en stage pré-installation au sein de sa future exploitation, est tombée sous le charme de la race Hampshire…
Les associés du Gaec Gwenn Ha Du, dans l'Ain, ont le souci de valoriser au mieux les surfaces en herbe par un système 100 % basé sur le pâturage.
Un système ovin économique en argent et en temps de travail
Dans l’Ain, Guillaume Diquélou a mis sur pied un élevage ovin basé sur la valorisation de l’herbe et la réduction du temps de…
Garisse Tavernon a repris l'élevage à la suite de son père. Il valorise ses agneaux sous le label rouge Agneau du Bourbonnais.
J’ai fait le CS Ovin pour conforter ma reprise de l’exploitation familiale
Garisse Tavernon a repris l’exploitation de son père lors du départ à la retraite de celui-ci. Le CS ovin lui a permis de…
Les 300 brebis de Pierre Orcière disposent d'une ration totalement issue de la production de l'exploitation.
« J’améliore mes conditions de travail, de la vie du sol à l’agneau fini »
Pierre Orcière est éleveur en Ardèche. Après de nombreux changements sur sa ferme, il élève aujourd’hui des agneaux de bergerie,…
La brouette distributrice est tirée par un moteur de tondeuse à gazon et la roue arrière, mobile et centrale, permet de la diriger facilement.
Une brouette automotrice distributrice
Dans le Pas-de-Calais, Jean-Paul Béthencourt a mis au point une brouette à moteur pour distribuer le grains à sa troupe ovine en…
Les prairies sont bien souvent la première source de nourriture pour les brebis.
Les bons plans pour rénover les prairies pour ses ovins
Pour un éleveur de moutons l’entretien de ses prairies est aussi important que le soin apporté à ses brebis. Patrice Pierre,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre