Aller au contenu principal

Jouffray Drillaud mise sur la diversité des espèces pour améliorer la résilience des prairies

Les mélanges prairiaux permettent de faire plus facilement face aux aléas climatiques. © Jouffray-Drillaud
Les mélanges prairiaux permettent de faire plus facilement face aux aléas climatiques.
© Jouffray-Drillaud

Jouffray-Drillaud démontre l’intérêt d’introduire de la diversité intraspécifique et intravariétale au sein de mélanges fourragers multiespèces, avec sa gamme M les mélanges. Les effets catastrophiques du déficit hydrique et de la sécheresse sur les fourrages amènent à repenser le choix des espèces prairiales. En effet, selon une étude menée par le semencier auprès de 400 éleveurs en 2019, 44 % des interrogés souhaitent gagner en régularité de production et en résistance au stress climatique. Sécurisation des stocks fourragers, réduction du coût alimentaire, autonomie protéique… Tels sont les objectifs de ces mélanges où « la diversité peut être source de performance », rappelle Vincent Béguier, directeur recherche et développement à Jouffray-Drillaud. Cependant, les éleveurs sont encore réticents à leur mise en œuvre. La difficulté à garder un équilibre optimal entre les différentes espèces constitue le principal frein à l’utilisation de ces mélanges.

Des parcelles plus propres avec des mélanges

Les éleveurs déplorent également le manque de références techniques locales, adaptées à leur type de sol. Face à ce constat, le semencier a fondé le premier réseau d’expérimentation dédié aux espèces fourragères, dans l’objectif d’obtenir des références de terrain. Après trois ans d’expérimentation en partenariat avec Inrae dans le cadre du projet Praise, le mélange mis au point par Jouffray-Drillaud connaît des résultats très satisfaisants en termes de productivité et de stabilité de la production. « L’association d’espèces prairiales salit moins la parcelle que des espèces en pures et permet de réduire l’apport d’intrant azoté de 66 % », affirme Cédric Pasquier, responsable projets semences. Jouffray-Drillaud entend poursuivre ce développement pour « accélérer la transition agroécologique en élevage ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre