Aller au contenu principal

Émilie Proust à Salon-de-Provence dans les Bouches-du-Rhône
« Je vis de mes passions »

Éleveuse de 600 brebis Mérinos d’Arles en système transhumant, Émilie est aussi transporteuse de brebis et productrice de foin de Crau.

Émilie Proust emmène ses 600 brebis Mérinos d'Arles en transhumance.  © K. Brillier Laverdure
Émilie Proust emmène ses 600 brebis Mérinos d'Arles en transhumance.
© K. Brillier Laverdure

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours suivi mon père au troupeau, en Crau et en montagne, et c’est de là que me viennent mes passions pour les brebis et le transport.

À mon installation, j’ai choisi de conserver les pratiques ancestrales avec mon troupeau. Les brebis agnèlent en contre saison sur les prairies de Crau, à la descente de montagne en automne. La qualité floristique de ces parcelles permet aux brebis d’élever leurs agneaux sans complémentation. À la Saint Valentin, le 14 février, jour de la foire ovine à Saint-Martin-de-Crau, je sèvre les agneaux et je sors mes brebis des prairies pour les emmener sur les Coussouls, les dernières steppes d’Europe, jusqu’au départ en montagne.

C’est à cette période que l’activité de transport commence. Mon rôle consiste à déplacer les troupeaux entre les différentes zones de pâturage : prairies de Crau, Coussouls, collines et montagne. Mon conjoint étant transporteur de foin, nous avons créé une société de transport qui allie le déplacement des troupeaux et la vente de foin. Le foin de Crau est reconnu en appellation d’origine protégée. Trois coupes sont réalisées chaque été et une quatrième coupe ne pouvant être récoltée est dédiée aux brebis gestantes qui descendent de montagne.

Aujourd’hui, même si la charge de travail est importante, je suis toujours présente lors de la transhumance. C’est pour moi l’occasion de retrouver, non seulement des bergères, mais avant tout mes amies. Notre association Les bergères en folie me permet de décompresser, de parler de mon métier, mais aussi de bénéficier d’un réseau pour mon activité de transport. »

Je retrouve mes amies lors de la transhumance

L'association Les bergères en folie 

Sous l’impulsion de Magali Lemercier, éleveuse de Saint-Martin-de-Crau, qui perpétue la tradition de la transhumance lors de la fête du printemps, une solidarité entre bergères et éleveuses est née. Les bergères en folie comptent une soixantaine de femmes qui valorisent leur héritage ancestral : la transhumance. « Je fais partie de ce noyau d'éleveuses depuis le début, explique Émilie Proust. Une forte solidarité et un lien symbolique se sont développés entre nous autour de cette coutume. Les bergères en folie me sont devenues indispensables. »

Les plus lus

Pâturage tournant dynamique
"Avec 100% de pâturage tournant dynamique pour notre troupeau ovin, nous sommes en phase avec le changement climatique"
Julie et Thimoléon Resneau sont éleveurs de brebis allaitantes à Pomy dans l’Aude depuis 2006. Leur troupeau de Rouge du…
Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
2024, année des noms en "V" : des idées amusantes pour vos chiens, béliers et brebis préférées
 Attribuer une lettre initiale aux prénoms chaque année permet de savoir facilement l’âge d’un animal, qu’il s’agissent de…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Un voyage en hiver
Un  voyage en hiver a reçu le grand prix du jury du festival pastoralisme et grands espaces.
Le matin est consacré aux cours théoriques. Ce jour-là, Catherine enseigne les grands chiffres de la filière ovine française.
Une journée avec une classe en certificat de spécialisation Ovin
Sur le campus de Mirecourt, niché au cœur des Vosges, Catherine Falcoz et Ingrid Voinson dirigent une formation professionnelle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre