Aller au contenu principal

« Je vends plus cher grâce à mes agnelages décalés »

Le Gaec de la Rimeize a décalé les agnelages de ses Blanches du Massif central pour vendre les agneaux à l’automne.

Les brebis agnellent pendant l'été et les agneaux sont vendus à la fin de l'automne.  © F. Tahon
Les brebis agnellent pendant l'été et les agneaux sont vendus à la fin de l'automne.
© F. Tahon

Dominique Pauc est éleveur en Gaec, avec sa femme Monique et sa fille Adeline, à Rimeize, en Lozère, à plus de 1 000 mètres d’altitude. Son troupeau de 380 brebis Blanche du Massif central est conduit en race pure en système un agnelage par an. L’éleveur profite de la capacité naturelle des races rustiques, et notamment de la Blanche du Massif central, à désaisonner. La lutte pour les brebis du Gaec se déroule en contre-saison, en février-mars et les agnelages ont lieu durant l’été, à cheval sur juillet et août. Les agneaux sont vendus du 15 octobre à fin novembre, bénéficiant ainsi d’une prime de désaisonnement interne à la filière mise en place pour inciter les éleveurs à produire des agneaux sur cette période de l’année, naturellement déficitaire en volumes.

Une prime de désaisonnement de 8 € par agneau

« Nous vendons nos animaux en IGP Agneau de Lozère Elovel avec la coopérative Celia. Les agneaux sont vendus jeunes et en carcasses légères (environ 15,5 kg de carcasse). Nous avons des prix de vente intéressants. Sur 2017, les agneaux nous ont été payés en moyenne 7 €/kg carcasse auxquels s’ajoute la prime de désaisonnement de 8 € par agneau vendu en IGP », indique Dominique Pauc, par ailleurs président de la section Blanche du Massif central à ROM Sélection. Les agnelles luttent à un an pour un agnelage en décembre.

Les luttes en fin d’hiver n’influencent pas les paramètres de reproduction. Ainsi, la prolificité du troupeau s’élève à 1,66 agneau par femelle et la fertilité, brebis et agnelles confondues, tourne autour de 95 %. Les brebis ont des carrières longues, fréquemment au-delà de 7-8 ans. Les croissances des agneaux sont élevées ; les mâles simples ont un PAT30 de 14 kg, la moyenne du troupeau est autour de 12 kg. La mortalité est contenue à 9 %, les deux tiers à la naissance.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre