Aller au contenu principal

Nicolas Paillier à Gourge en Deux-Sèvres
« Je vends mes agneaux d’herbe en magasin de producteurs »

Éleveur passionné, novateur et ambitieux, Nicolas Paillier produit des agneaux d’herbe qu’il vend dans un magasin de producteur.

Nicolas Paillier passe deux jours par semaine au magasin pour aider à la vente, à la communication et au marketing. © K. Brillier-Laverdure
Nicolas Paillier passe deux jours par semaine au magasin pour aider à la vente, à la communication et au marketing.
© K. Brillier-Laverdure

« J’ai eu la chance de partir huit mois en Nouvelle-Zélande après mon BTA et effectuer une expérience professionnelle dans le commerce. En revenant, je n’avais qu’une idée : produire des agneaux d’herbe dans ma région natale et les commercialiser en vente directe.

Je me suis installé en 2001 puis agrandi en 2005 en changeant de siège d’exploitation. Dès le début, nous réfléchissions avec un groupe d’agriculteurs à une commercialisation en commun. Pour moi, c’est vital d’échanger et s’organiser entre producteurs. En 2009, notre projet a abouti avec la création d’un premier magasin de producteurs à Niort. Ça a bien marché et nous avons ouvert un deuxième magasin trois ans plus tard.

C’est à cette époque que j’ai pu reprendre la ferme parentale et embaucher une salariée à mi-temps. Grâce aux 120 hectares de surfaces fourragères au total, j’ai pu augmenter la troupe à 680 brebis.

Le pâturage tournant permet de gérer ma surface en herbe avec précision. J’arrive ainsi à engraisser les agneaux sans complémentation de céréales ou d’aliment. Mais pour sécuriser l’engraissement à l’herbe, j’implante au printemps et à l’été des surfaces en dérobé avec de la chicorée, du sorgho, de l’avoine, des navets ou du trèfle…

Livrant 52 semaines par an au magasin, je dois m’organiser pour avoir de l’agneau disponible toute l’année. Pour cela, je castre mes agneaux mâles mais j’organise des dégustations une fois par mois dans les magasins pour faire disparaître les a priori sur cette viande souvent considérée a tort comme avec un goût marqué.

Je vends 650 agneaux par an via le magasin. Le prix de vente net moyen y est de 8,80 euros par kilo de carcasse. Avec un coût de production estimé à six euros du kilo de carcasse, la rentabilité est au rendez-vous. Par contre, je passe deux jours par semaine en magasin pour la vente et pour assurer la communication et le marketing.

Pour cela, mes brebis rustiques sont bien adaptées car elles peuvent agneler seules. C’est un mélange de brebis dite de « pays » avec de la race charmoise. Cette race me plaît bien car les brebis valorisent bien les surfaces herbagères à faible potentiel et ont de bonnes qualités maternelles."

Des agneaux d’herbe toute l’année

1 600 clients par semaine aux plaisirs fermiers

La SARL « Plaisirs Fermiers » est la concrétisation de l’état d’esprit des neuf associés. L’ouverture le 22 juin 2009 du premier magasin permet aux neuf associés et à 72 autres producteurs de valoriser leurs produits en circuit court. Le succès immédiat du magasin les conforte dans leur choix et leurs idées.

Aujourd’hui, le magasin a une affluence de 1 600 clients par semaine pour un panier moyen de 31 euros. 70 % du chiffre d’affaires est généré par le rayon boucherie-charcuterie. Huit salariés à temps plein sont nécessaires au bon fonctionnement du magasin, ainsi qu’une permanence hebdomadaire de chacun des neuf associés. La non-concurrence des productions entre associés est un atout non négligeable à la réussite de chacun.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre