Aller au contenu principal

Nicolas Paillier à Gourge en Deux-Sèvres
« Je vends mes agneaux d’herbe en magasin de producteurs »

Éleveur passionné, novateur et ambitieux, Nicolas Paillier produit des agneaux d’herbe qu’il vend dans un magasin de producteur.

Nicolas Paillier passe deux jours par semaine au magasin pour aider à la vente, à la communication et au marketing. © K. Brillier-Laverdure
Nicolas Paillier passe deux jours par semaine au magasin pour aider à la vente, à la communication et au marketing.
© K. Brillier-Laverdure

« J’ai eu la chance de partir huit mois en Nouvelle-Zélande après mon BTA et effectuer une expérience professionnelle dans le commerce. En revenant, je n’avais qu’une idée : produire des agneaux d’herbe dans ma région natale et les commercialiser en vente directe.

Je me suis installé en 2001 puis agrandi en 2005 en changeant de siège d’exploitation. Dès le début, nous réfléchissions avec un groupe d’agriculteurs à une commercialisation en commun. Pour moi, c’est vital d’échanger et s’organiser entre producteurs. En 2009, notre projet a abouti avec la création d’un premier magasin de producteurs à Niort. Ça a bien marché et nous avons ouvert un deuxième magasin trois ans plus tard.

C’est à cette époque que j’ai pu reprendre la ferme parentale et embaucher une salariée à mi-temps. Grâce aux 120 hectares de surfaces fourragères au total, j’ai pu augmenter la troupe à 680 brebis.

Le pâturage tournant permet de gérer ma surface en herbe avec précision. J’arrive ainsi à engraisser les agneaux sans complémentation de céréales ou d’aliment. Mais pour sécuriser l’engraissement à l’herbe, j’implante au printemps et à l’été des surfaces en dérobé avec de la chicorée, du sorgho, de l’avoine, des navets ou du trèfle…

Livrant 52 semaines par an au magasin, je dois m’organiser pour avoir de l’agneau disponible toute l’année. Pour cela, je castre mes agneaux mâles mais j’organise des dégustations une fois par mois dans les magasins pour faire disparaître les a priori sur cette viande souvent considérée a tort comme avec un goût marqué.

Je vends 650 agneaux par an via le magasin. Le prix de vente net moyen y est de 8,80 euros par kilo de carcasse. Avec un coût de production estimé à six euros du kilo de carcasse, la rentabilité est au rendez-vous. Par contre, je passe deux jours par semaine en magasin pour la vente et pour assurer la communication et le marketing.

Pour cela, mes brebis rustiques sont bien adaptées car elles peuvent agneler seules. C’est un mélange de brebis dite de « pays » avec de la race charmoise. Cette race me plaît bien car les brebis valorisent bien les surfaces herbagères à faible potentiel et ont de bonnes qualités maternelles."

Des agneaux d’herbe toute l’année

1 600 clients par semaine aux plaisirs fermiers

La SARL « Plaisirs Fermiers » est la concrétisation de l’état d’esprit des neuf associés. L’ouverture le 22 juin 2009 du premier magasin permet aux neuf associés et à 72 autres producteurs de valoriser leurs produits en circuit court. Le succès immédiat du magasin les conforte dans leur choix et leurs idées.

Aujourd’hui, le magasin a une affluence de 1 600 clients par semaine pour un panier moyen de 31 euros. 70 % du chiffre d’affaires est généré par le rayon boucherie-charcuterie. Huit salariés à temps plein sont nécessaires au bon fonctionnement du magasin, ainsi qu’une permanence hebdomadaire de chacun des neuf associés. La non-concurrence des productions entre associés est un atout non négligeable à la réussite de chacun.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Le pic de pousse d'herbe a connu quelques semaines de retard en cette fin de printemps.
Le pic de pousse d'herbe s’est fait attendre ce printemps
La fraîcheur du mois de mai a ralenti la pousse de l’herbe. Tour de France des régions et conseils de prairies avec le service…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre