Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Isabelle Recart à Oregue dans les Pyrénées-Atlantiques
" Je me suis installé en AOP "

Éleveuse au Pays basque, Isabelle Recart bénéficie des opportunités de l’appellation d’origine protégée Ossau-Iraty.

Depuis toujours, je savais que je reprendrai la ferme familiale. Mon père élevait des Blondes d’Aquitaine. Mes parents m’ont incitée malgré mes projets d’installation à faire un BTS Acse, au cas où je ne prendrais pas leur suite. Mes sœurs n’étaient pas intéressées par l’exploitation, la voie semblait toute tracée. C’est lors d'un stage en vallée d’Ossau, que j’ai découvert l’élevage ovin et la transformation fromagère. Mon maître de stage était un passionné, qui m’a transmis son amour pour les brebis. Ça a été un coup de foudre ! J’ai quand même dû patienter jusqu’au départ à la retraite de mon père, en juin 2013, pour démarrer.

En attendant, j’élevais 20 têtes rousses pour le plaisir et je travaillais comme commerciale chez Ondoko, un revendeur de minéraux pour animaux. Un été en estive et deux remplacements sur des fermes m’ont permis de me former sur le tas à la fabrication fromagère. Mon père était prêt à liquider son troupeau bovin pour accueillir mon troupeau ovin, cependant, j’ai préféré garder des vaches pour m’assurer un revenu les premiers temps. Une vingtaine de vaches sont toujours présentes sur l’exploitation.

Mon troupeau de 96 brebis têtes rousses est arrivé en octobre 2014. Je l’avais acheté à un éleveur qui partait à la retraite et dont le fils voulait arrêter la production laitière pour faire des Tarasconnaises. Leur arrivée sur l’exploitation fut à la fois excitante et stressante. L’agnelage a débuté un mois après, nous avions eu le temps de faire connaissance. Les premiers mois, le lait était livré à Pyrénéfrom (laiterie de Lactalis), le temps que soit mise en place la fabrication fromagère. Aujourd’hui, le troupeau compte 110 brebis laitières.

En vente directe, l’appellation d’origine protégée (AOP) est un argument commercial incontournable pour se faire une place. Le magasin de producteurs où sont vendus mes fromages est situé dans une zone très fréquentée par les touristes l’été (Labastide-Clairence). Sans connaître le cahier des charges de l’AOP, les clients de passage se fient à ce signe de qualité, gage de savoir-faire et d’authenticité. Mes produits bénéficient de la communication de l’AOP Ossau-Iraty et des AOP en général, sans que j’aie moi-même besoin de faire de la publicité. À défaut, j’aurais dû me faire une réputation et un carnet de clientèle, ce qui aurait pris des années.

L’AOP apporte aussi un soutien technique. La transformation fromagère et l’affinage sont des étapes de production délicates, lourdes d’enjeux. Sur l’exploitation, je n’ai personne à qui me référer ; mes parents n’ont pas ce savoir-faire. Le technicien de l’AOP est un soutien précieux et disponible, sans lequel, je ne me serais pas lancée dans la transformation fermière."

« AOP, ça parle à tout le monde »

Accompagnement technique fromager

Le syndicat de défense de l’AOP Ossau-Iraty emploie trois agents de terrain : deux qui passent sur les élevages laitiers et un technicien spécialisé en fabrication fromagère. Ce dernier passe gratuitement, en moyenne, tous les deux ans sur les fermes, mais reste à disposition des jeunes installés qui le sollicitent au démarrage de leur activité (formation d’initiation à la transformation, formation GBPH…). De plus, le syndicat accompagne les nouveaux fromagers, dans l’élaboration du plan de leurs locaux de fromagerie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre