Aller au contenu principal

« Nous maîtrisons le parasitisme pendant la lactation de nos brebis laitières grâce à notre nouvelle conduite du troupeau »

La résistance aux antiparasitaires progresse dans les Pyrénées-Atlantiques où les strongles ne réagissent plus à l’éprinomectine. Véronique et Beñat Biscay cherchent des solutions pour leur élevage.

Beñat et Véronique Biscay élèvent 280 brebis basco-béarnaises et 20 vaches blondes d’Aquitaine, à Barcus dans les Pyrénées-Atlantiques. Ils sont membres du GIEE [Groupement d’intérêt économique et environnemental] Libere, pour la lutte intégrée en brebis laitière dans les élevages confrontés à des nématodes résistants. En 2018, après la descente d’estive et malgré un traitement à l’Ivomec, certaines brebis présentaient des signes d’infestation parasitaire : vulves et des paupières blanches témoignant d’une anémie. La saison a tout de même pu démarrer normalement. Au printemps suivant, par habitude, comme les brebis étaient en lactation, les éleveurs ont traité à l’Eprinex (l’éprinomectine étant la seule molécule avec un délai d’attente nul pour le lait). Dix jours après la montée en estive, plusieurs brebis meurent subitement. Adhérents au Centre départemental de l’élevage ovin [CDEO], ils appellent à l’aide la vétérinaire. Avec l’intervention de l’École nationale vétérinaire de Toulouse [ENVT], le professeur Philippe Jacquiet pose le diagnostic : « C’est un des premiers cas de résistance des strongles à l’éprinomectine du département ». En effet, les différents tests d’efficacité montrent une résistance de l’espèce Haemonchus contortus, devenue prédominante. « Dans la famille des lactones macrocycliques seule la cydectine fonctionnait encore ! », raconte Véronique Biscay. Dès 2019, le couple prend conscience que leur conduite de troupeau doit évoluer car plus aucun traitement antiparasitaire en lactation ne sera possible.

Conduite rigoureuse du pâturage

​​​​​​Ils commencent par le pâturage cellulaire. « Le troupeau ne reste pas plus de deux jours dans une cellule et n’y passe qu’une fois au printemps. Les vaches pâturent la repousse avant les foins » explique Beñat Biscay, dont la ferme bénéficie d’une superficie de 38 ha de prairies. Il met en place trois à quatre cellules à la fois, ce qui lui prend deux heures, afin de ne pas s’y astreindre tous les jours. Pour ce faire ils ont investi dans 12 filets à électrifier. Les parcs fixes n’étaient pas pertinents en raison de la fauche. « Nous avons arrêté le système de pâturage au fil avant uniquement, car il y avait un risque de surpâturage et de réinfestation » se souvient Véronique. De l’agnelage aux premiers jours de lactation, les brebis restent en bergerie. Grâce à ce pâturage mixte et cellulaire, ils limitent le surpâturage et constatent que leurs prairies sont plus saines. « Les brebis sont au moins préservées le temps de la lactation », conclut Véronique Biscay.

Traitements maîtrisés

Désormais, ils font deux traitements issus de deux familles de molécules différentes : cydectine avant la lactation et Seponver au tarissement, précédés de coprologies, dont l’élevage bénéficie grâce au suivi mis en place par le GIEE, afin de vérifier l’état d’infestation et de ne pas traiter inutilement. « Globalement, depuis nos changements de pratiques, les analyses coprologiques restent bonnes pendant la période lactation. C’est seulement en estive que les brebis ont tendance à s’infester. Le mélange des troupeaux n’aide pas… », constate Beñat Biscay. Aussi, du fait de leur participation au GIEE, leurs brebis sont prioritaires pour être inséminées avec des paillettes des béliers les plus résistants aux strongles. « Le critère de résistance au parasitisme est héritable et va d’ailleurs rentrer dans l’index des béliers du CDEO, pour les races manech tête rousse et basco-béarnaise », indique Clémentine Rolland responsable du GIEE Libere.

Les plus lus

Pâturage tournant dynamique
"Avec 100% de pâturage tournant dynamique pour notre troupeau ovin, nous sommes en phase avec le changement climatique"
Julie et Thimoléon Resneau sont éleveurs de brebis allaitantes à Pomy dans l’Aude depuis 2006. Leur troupeau de Rouge du…
Xavier Marchand, éleveur de romanes en Ille-et-Vilaine, s'est installé en 2018 sur l'exploitation familiale. Son intérêt pour la génétique l'a poussé à sauter le pas ...
Un pied dans la sélection ovine pour diversifier le revenu
Xavier Marchand a repris la ferme familiale en Bretagne. Il conduit ses romanes en sélection et en agneaux de boucherie pour…
Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
2024, année des noms en "V" : des idées amusantes pour vos chiens, béliers et brebis préférées
 Attribuer une lettre initiale aux prénoms chaque année permet de savoir facilement l’âge d’un animal, qu’il s’agissent de…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Un voyage en hiver
Un  voyage en hiver a reçu le grand prix du jury du festival pastoralisme et grands espaces.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre