Aller au contenu principal

France Importante remontée du cours de l’agneau FLECHE NORD EST

Après une baisse saisonnière particulièrement marquée après Pâques, le cours de l’agneau lourd français est fortement reparti à la hausse cet été, malgré le manque de consommation et la dévalorisation du prix du cinquième quartier, face à la soudaine pénurie en agneaux français. D'après les remontées des opérateurs, il semblerait en effet qu’après des sorties dynamiques sur les sept premiers mois de 2016, les disponibilités en agneaux français aient chuté à partir du mois d’août. À 6,45 €/kg de carcasse début septembre, le prix moyen pondéré des régions calculé par FranceAgriMer était ainsi supérieur de 28 centimes à sa valeur de 2015 (+ 5 %) et de 30 centimes à celle de 2014 (+ 5 %).

Royaume-Uni La dépréciation de la livre soutient la cotation FLECHE NORD EST

La forte dévaluation de la livre sterling par rapport à l’euro (-13 % en un an au 6 septembre 2016), liée au référendum en faveur du Brexit, tire la cotation de l’agneau à la hausse au Royaume-Uni, en monnaie nationale. Alors qu’à 4,74 €/kg de carcasse début septembre, il était supérieur de 5 % à son niveau de 2015 (+24 centimes), le cours de l’agneau lourd britannique a grimpé de 22 % en livres, à 4,05 £/kg de carcasse (+74 cents). Cette évolution du taux de change profite ainsi directement aux éleveurs britanniques en limitant fortement la baisse saisonnière des cours, habituelle en cette période de hausse des abattages.

Brexit Quels enjeux pour la filière ovine ?

À court terme, la dépréciation de la livre sterling par rapport à l’euro (-10 % depuis le 23 juin) devrait soutenir les cours de l’agneau au Royaume-Uni tout en dopant la compétitivité de la viande ovine britannique sur le marché européen, alors même que les éleveurs britanniques vont continuer de toucher des aides PAC en euros (et donc revalorisées en livres !), pour encore au moins deux ans. À plus long terme, d’autres points de vigilance sont à considérer. Que vont devenir les subventions actuellement versées par la PAC aux agriculteurs britanniques ? Et sachant que le Royaume-Uni est un débouché commercial majeur pour l’Union européenne, comment seront encadrés les échanges après la sortie du Royaume-Uni du marché unique ? Enfin, que vont devenir les contingents européens d’importations de viande ovine à droit de douane nuls depuis les pays tiers (aujourd’hui largement utilisés par le Royaume-Uni) ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre