Aller au contenu principal

France Forte remontée de la cotation N-E

Après une baisse saisonnière très peu marquée après Pâques, le cours de l’agneau lourd français est reparti à la hausse début juin. D’après les opérateurs de la filière, il semblerait en effet que les sorties d’agneaux français soient limitées, soutenant ainsi la cotation. Un regain d’export d’ovins vivants vers l’Espagne aurait également participé à fluidifier le marché, alors même que le Ramadan (26 mai-26 juin) apportait un soutien à la demande. La remontée des prix à l’import aurait en outre allégé la pression exercée par les importations de viande ovine sur le cours français. À 6,34 €/kg de carcasse mi-juin, le prix moyen pondéré des régions calculé par FranceAgriMer dépassait ainsi de 66 centimes sa valeur de 2016 (+12 %) et de 44 centimes celle de 2015 (+7 %).

Îles britanniques Sursaut des cours N-E

Alors que les disponibilités en « hoggets » (agneaux de la saison précédente) commencent à se faire rares, les agneaux de la nouvelle saison tardent à sortir au Royaume-Uni. Cette offre limitée, en plein Ramadan, a conduit au sursaut de la cotation britannique fin mai. À 5,09 £/kg de carcasse mi-juin, elle était ainsi supérieure de 23 % à son niveau de l’année précédente. La hausse était toutefois moins importante en euros (+11 % à 5,75 €/kg de carcasse), en raison de la forte dépréciation de la livre par rapport à la monnaie européenne. Le démarrage tardif de la campagne soutient également les cours en Irlande : à 6,00 €/kg de carcasse mi-juin, la cotation moyenne pour les agneaux de la nouvelle saison affichait une hausse de 6 % par rapport à 2016.

Nouvelle-Zélande Chute des envois vers l’UE S-E

Malgré une production en repli (-2 %/2016, à 220 000 tonnes équivalent carcasse en cumul de janvier à avril), l’utilisation de stocks de report congelés a permis aux exportations néo-zélandaises de viande ovine de grimper de 7 % par rapport à l’année précédente sur les quatre premiers mois de 2017 (201 000 téc en cumul de janvier à avril). Le dynamisme de la demande chinoise (+22 %/2016 à 78 500 téc) et l’appréciation du dollar néo-zélandais par rapport à la livre sterling et à l’euro (rendant les marchandises néo-zélandaises plus chères et donc moins compétitives sur le marché européen) ont toutefois fortement pénalisé les envois vers l’Union européenne qui ont chuté de 16 % sur la période (à 70 000 téc). En cumul de janvier à avril, les exportations néo-zélandaises de viande ovine étaient cependant stables vers la France (à 5 700 téc).

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre