Aller au contenu principal

Faut-il augmenter le nombre de loups prélevés ?

Claude Font, éleveur de Haute-Loire et secrétaire général adjoint de la FNO en charge du loup © D. Hardy
Claude Font, éleveur de Haute-Loire et secrétaire général adjoint de la FNO en charge du loup
© D. Hardy

« Le ministère de l’Environnement a fixé un plafond de prélèvement de 36 loups pour la période allant de juillet 2016 à juin 2017, dont un maximum de 27 entre le 1er juillet et le 30 septembre 2016. Pour prendre sa décision, le ministère se base sur l’estimation du nombre de loups et de la croissance de la population réalisée par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Pour cela, l’ONCFS s’appuie sur des réseaux d’observateurs qui notent les indices de présence du loup. Or, ces observateurs, souvent proches des associations dites environnementales, peuvent être tentés de ne pas transmettre les informations voire de détruire ces indices de présence.

Un contexte de multiplication des attaques

Pour nous, le quota de 36 loups est insuffisant. C’est le même nombre qu’en 2015-2016 alors que les attaques et les victimes ont augmenté et qu’il y a davantage de meutes sur une plus grande étendue géographique. Compte tenu de la réalité des attaques sur les troupeaux ovins, de la population de loups bien supérieure à l’estimation faite, la FNO a demandé le prélèvement d’un minimum de 42 loups, ce qui correspond aux dérogations de la saison précédente (36 complétés de 6).

Le prélèvement est notre seul outil pour faire baisser la pression de prédation vu l’inefficacité des moyens de protection dans les anciennes comme dans les nouvelles zones de prédation. La mise en place des brigades et la possibilité de prélèvement par les chasseurs a permis de gagner en efficacité mais nous avons demandé que l’efficacité du prélèvement soit évaluée. En effet, le tir aléatoire des loups n’est peut-être pas le plus efficace. Peut-être que dans certaines zones, il faudrait abattre une meute entière et, dans d’autres, un seul loup en particulier dans une meute. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Le pic de pousse d'herbe a connu quelques semaines de retard en cette fin de printemps.
Le pic de pousse d'herbe s’est fait attendre ce printemps
La fraîcheur du mois de mai a ralenti la pousse de l’herbe. Tour de France des régions et conseils de prairies avec le service…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre