Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Etranger
Etranger - Les Australiens consomment de plus en plus de fromage de brebis

Les brebis australiennes produisent 500 000 litres de lait chaque année pour fabriquer fromages et yaourts. Un marché en expansion dans ce pays lainier.

En Australie, pays ovin connu pour ses Mérinos et leur laine, les brebis produisent aussi du lait, mais à petite dose. Huit exploitations professionnelles ont été recensées en 2009 par le ministère de l'Agriculture australien, soit 4 000 brebis qui produisent 500 000 litres par an, dont 300 000 litres pour fabriquer des yaourts, le reste étant transformé en fromage, principalement de type feta.

Sept fermiers font eux-mêmes la transformation. Le yaourt est vendu environ 7 euros le kg et le fromage entre 20 et 55 euros le kg pour de la feta dans les grandes villes australiennes (pour comparaison, le Roquefort est vendu dans ces mêmes villes jusqu'à 96 euros le kilo !).

Vu les faibles quantités de lait produites, il est difficile de développer cette production en Australie, mais un rapport du ministère de l'Agriculture note quand même qu'au cours des dix dernières années, il y a eu une évolution de la filière avec plus de professionnalisation -- on observe le même phénomène en élevage caprin qui dispose de 65 fermes --. La raison principale est la demande croissante des consommateurs pour des fromages de type « européen ». Le fait de présenter les fromages comme des produits locaux made in Australia est un plus apprécié des clients.

Les races utilisées pour la traite sont l'Awassi, issue d'Asie du sud-ouest et l'East Friesian, brebis laitière du nord de l'Allemagne, mais les Australiens ont aussi importé des races anglaises comme le Dorset, le Border Leicester, le Romney et le Cheviot. Ils emploient aussi des Merinos et des Corriedale, races à laine qui sont souvent croisées avec les races anglaises. Il n'y a pas de programme d'amélioration génétique, mais les éleveurs font eux-mêmes un peu de sélection pour améliorer leurs troupeaux. Les Australiens seraient a priori intéressés par importer de la semence de l'étranger, mais la quarantaine imposée par le pays ne facilite pas cette pratique.

De plus, il y a peu d'échanges entre les différents éleveurs car ils sont répartis sur tout le territoire et beaucoup d'entreprises qui se lancent dans cette production sont trop petites au départ pour être viables. Sur 45 tentatives d'installations depuis 50 ans, seulement huit se sont maintenues. Il y a un manque d'informations techniques ou économiques sur la production.

Chez les voisins de Nouvelle-Zélande, on trouve les mêmes problématiques qu'en Australie, avec moins de dix fermes professionnelles, 6000 brebis et 900 000 litres produits chaque année pour réaliser fromages et yaourts.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre