Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les Inrocks du mardi 29 mars
Entretien avec la fondatrice de L214

"Nous ne sommes pas une association anti-éleveurs, mais essayons essayer de pousser les gens vers le véganisme. Parfois, c’est quelqu’un qui avait accès à l’abattoir qui prévient, notamment des gens des services vétérinaires, qui se sentent impuissants à leur poste, mais aussi des intérimaires, embauchés par hasard et éberlués par ce qu’ils voient, ou des artisans extérieurs… On le fait plus rarement, mais on a aussi des gens qui se sont fait embaucher exprès dans des abattoirs pour filmer. Après il faut regarder les images pour vérifier si on a les preuves. Il y a des images qu’on n’a jamais diffusées, parce qu’on n’avait pas les preuves de la date ni de l’endroit. Ensuite, il y a toute la phase de communication, avec la presse et directement auprès du public, notamment via Facebook (450 000 likes). Une vingtaine de collaborateurs travaillent avec nous, mais aussi des bénévoles, et notre nombre d’adhérents augmente de manière exponentielle : 5 000 l’année dernière avec un budget d’environ 500 000 euros, 10 000 adhérents cette année…"

"Vivre du mouton, aujourd’hui c’est possible, affirme Dominique Brousseau, éleveur de 550 brebis avec son fils dans les Deux-Sèvres. Mais il faut s’équiper. Plusieurs années, j’ai travaillé dans un vieux bâtiment et beaucoup à la main. Si j’ai mal au dos, je sais pourquoi". Depuis qu’un nouveau toit abrite les animaux, les conditions de travail se sont nettement améliorées. Tous les agneaux, près d’un millier par an, sont élevés dans le bâtiment d’une superficie de 1 000 m² pour un coût de 150 000 €. En bois, il laisse entrer la lumière et l’air avec un système de claire-voie et une sortie en faîtière. Les frais vétérinaires sont maîtrisés et le taux de mortalité de seulement 7-8 %. « Nous ne portons plus aucun granulé pour les agneaux grâce à la ligne d’alimentation qui approvisionne les nourrisseurs tous les jours". Le couloir central et bétonné et permet le passage d’un tracteur. Les éleveurs ont des agnelages dix mois sur douze. La stratégie, inspirée du gavage des canards, permet d’avoir des entrées de trésorerie toute l’année.

Une dizaine d’éleveurs de moutons ont fait irruption le 25 mars dans un supermarché Lidl de La Primaube à proximité de Rodez pour observer la viande ovine en vente dans l’enseigne. Aucune trace d’agneau ou de mouton français dans les rayons. "C’est dommage, dans le premier département producteur de moutons de France" indique Jean-François Cazottes, président de la section ovine de la FDSEA de l’Aveyron. "Tandis que l’enseigne Lidl multiplie les coups de communication sur l’origine France de leurs produits, en ce qui concerne l’agneau pascal, il n’a pas trouvé la route « made in France » ", indique les syndicats agricoles dans un communiqué. L’opération a néanmoins permis d’ouvrir le dialogue avec le responsable achat du magasin et montrer la vigilance des éleveurs sur la présence de viande française dans les rayons. "On n’est pas contre les importations, la production française couvre 40 % de la consommation de viande ovine dans l’hexagone mais au moins que les consommateurs aient le choix".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre