Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En Espagne
Diminuer la mortalité des agneaux améliore le profit


En Espagne, l´engraissement d´agneaux est fréquemment réalisé par des ateliers spécialisés, en liaison avec un fabricant d´aliment. C´est le cas de Nanta qui, outre le porc et le poulet s´intéresse au marché ovin avec 170 000 t produites dans quinze usines dont la moitié pour des agneaux à l´engrais ce qui représente 22 % du marché ibérique.
Cet engraissement d´agneaux s´accomplit en liaison avec des abattoirs dont, celui de Franco y Navarro en Aragon. Cet abattoir dispose de centres de classement-finition qui rassemblent les agneaux issus de 355 élevages d´Aragon et d´Estramadure. Les distances parcourues par les agneaux vont de 50 à 800 km. Le séjour est assez court avec en moyenne 12,1 jours, et en sortie, un poids de carcasse de 12,17 kilos.

De l´élevage à l´abattoir, assurer la qualité sanitaire
Pour la mise en place d´une filière qualité, puisque nombre de ces agneaux sont livrés à Auchan et devront, en 2007, passer sous les fourches caudines d´une charte définissant l´Agneau Ibérique, une étude a été menée sur le contrôle de la coccidiose et de l´acidose avec le vétérinaire de l´entreprise Nanta et les universités de Saragosse et de Léon.
José Maria Bello suit les ruminants de l´entreprise Nanta, leader sur le marché espagnol, depuis 1987. Il a mené cette étude sur sept ans et accumulé des données sur 400 000 agneaux avec l´objectif de diminuer la mortalité dans les lots, les saisies en abattoir et également la morbidité.
Les chiffres sont éloquents : 1562 agneaux morts en élevage, 5182 abattages d´urgence. En moyenne, la mortalité est de 0,95 %. Mais plus que ces pertes ou les saisies de poumons en abattoir qui concernent 25, 3 % des agneaux, José Maria Bello est préoccupé par la morbidité qui est en moyenne de 6,6 %. Il s´agit de la rechercher et de connaître ainsi les élevages à problèmes et de traiter ces pathologies peu visibles mais qui influent sur la croissance des agneaux, sur leur vitalité et qui favorisent l´apparition d´autres pathologies moins silencieuses.

Menée en comparaison sur 25 variables, cette étude a été présentée en France aux Journées de la Recherche sur les Ruminants 2006. Elle essaie de cerner les facteurs qui génèrent ces pathologies : conduite d´élevage, alimentation, transport, conditions d´ambiance comme la température, la vitesse de l´air, la pression barométrique.).
Chaque bâtiment du centre d´allotement peut accueillir un millier d´agneaux. ©DR

Trouver des remèdes efficaces et pratiques
L´influence de la densité d´agneaux en allotement et celle d´une plus longue durée d´engraissement ont été analysées mais la saisie des poumons n´est pas en relation directe avec l´ensemble des variables étudiées.
De 2002 à 2005, l´analyse de plus de 3000 carcasses a montré que le pH à 24 h indique avec précision la qualité des carcasses par rapport à la durée d´engraissement, au sexe, à la durée de transport et à l´ambiance dans les bâtiments.
Contre l´acidose, responsable de mortalité et morbidité, un remède est recherché avec la mise au point d´un aliment non acidogène ce qui pourrait réduire notablement cette pathologie.

Contre la coccidiose, une expérimentation a été menée en janvier 2005 en utilisant dans l´aliment du décoquinate à la dose d´un milligramme par kg de poids vif dans l´un des trois bâtiments de l´atelier d´engraissement. Les résultats étant positifs sur 800 agneaux provenant de 31 élevages, l´utilisation de ce produit anticoccidien fut très vite généralisée à l´ensemble du centre de finition-allotement. La mortalité n´a pas disparu mais la morbidité passe de plus de 4 % à 2,5 % soit une diminution de 40 %. L´amélioration est notée au printemps et en été qui constituent les deux saisons les plus problématiques.
Chaque bâtiment du centre d´allotement peut accueillir un millier d´agneaux. Les différents facteurs d´ambiance y ont été analysés ainsi que dans les élevages d´origine pour évaluer les causes de mortalité et de morbidité.
Le travail réalisé avec l´université de Saragosse a permis d´étudier la qualité des carcasses. ©DR

En savoir plus
L´agneau espagnol se décline en deux à trois produits :
le Ternasco de race Aragonaise avec une dénomination d´origine « Ternasco de Aragon » et qui est sacrifié à 90 jours entre 9,5 et 11,5 kilos.
l´agneau lourd de race Mérinos venant d´Extramadure et abattu entre 11 et 13 kilos.
l´agneau Auchan, qui suit un cahier des charges, est abattu entre 10 et 12 kilos.
Le travail réalisé avec l´université de Saragosse a permis d´étudier la qualité des carcasses. ©DR
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre