Aller au contenu principal

Deux millions de visiteurs pour "Nature Capitale" sur les Champs Elysées

« Nature Capitale », la manifestation des Jeunes Agriculteurs qui s’est déroulée sur les Champs Elysées les dimanche et lundi de Pentecôte a attiré 2 millions de personnes. Si les productions végétales étaient les plus représentées, vaches, moutons, chèvres et cochons étaient aussi présents.

Trois questions à Nicolas Mousnier, éleveur ovin et administrateur des JA.

 

Quel est le but de cette manifestation ?

A travers cette opération qui a mobilisé 800 bénévoles, on a souhaité communiquer sur trois thèmes : nous, agriculteurs, sommes d’abord producteurs de denrées alimentaires aussi diversifiées que possible. Nous oeuvrons sur un ensemble de territoires, dans un tissu rural dont nous sommes le ciment et on participe au maintien de la biodiversité avec un souci de respect de l’environnement.

Depuis combien de temps préparez-vous cet événement ?

Le travail a commencé il y a six mois, sur huit sites pour les végétaux, dont le Var, l’Indre et Loire, le Loir et Cher et Saclay en région parisienne. On a voulu représenter toutes les productions, même les fruits exotiques. Le plateau animal est aussi représentatif de la biodiversité avec les vaches charolaises, limousines et deux races rustiques. Les moutons viennent de la Bergerie Nationale de Rambouillet.

Arrivez-vous à faire passer votre message auprès des Parisiens ?

Oui, on arrive à parler avec les gens. Par exemple, l’image du mouton est excellente, notamment avec la transhumance. Nous avons des atouts dans nos mains, il faut le rappeler aux pouvoirs publics pour qu’ils tiennent compte de notre travail.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
Les ovins rustiques, une réponse adaptée aux évolutions climatiques
Lors de l'assemblée générale de l'organisme de sélection des races ovines des massifs, il a été rappelé les capacités d'…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre