Aller au contenu principal

Des pratiques pour limiter la résistance des parasites aux antiparasitaires

Avec l’apparition des résistances, la donne est en train de changer, imposant de nouvelles pratiques.
Avec l’apparition des résistances, la donne est en train de changer, imposant de nouvelles pratiques.
© Geode

« Ce sont les familles d’antiparasitaires qu’il faut alterner et non les marques »

Laurence Sagot, institut de l’Élevage/Ciirpo © Ciirpo

Les capacités d’adaptation des strongles digestifs ont joué à plein pour leur permettre de développer des résistances aux antiparasitaires. Le basculement vers des populations de parasites entièrement résistantes ne se fait pas « d’un seul coup ». Il est au contraire progressif, parfois très lent, passant par une phase insidieuse pendant laquelle l’éleveur ne se doute de rien. Selon Philippe Jacquiet, enseignant chercheur à l’école nationale vétérinaire de Toulouse, il faut absolument préserver l’efficacité des molécules existantes pour y faire face. La première pratique à mettre en place est de ne traiter que lorsque cela est nécessaire. Limiter le nombre de traitements par an revient à diminuer la pression de sélection exercée sur les populations de parasites. L’analyse coprologique couplée avec des indicateurs tels que la note d’état corporel ou la coloration des muqueuses oculaires permet de prendre une décision.

Seulement quatre familles de produits

La seconde pratique à adopter est d’alterner les familles de molécules. En matière de produits antiparasitaires, le choix des marques commerciales est large. En réalité, l’arsenal thérapeutique se limite à quatre familles de produits. Toutes les molécules appartenant à une même famille partagent le même mode d’action, c’est-à-dire qu’elles ont les mêmes cibles sur les parasites. Ce sont donc les familles qu’il faut alterner et non les marqueS et ce, y compris sur un même lot et dans la même année. Par ailleurs, en matière de traitement antiparasitaire, un surdosage est une perte d’argent et un risque de toxicité. Un sous-dosage est un risque pour le développement de résistances et d’une efficacité moindre. Il est donc primordial d’avoir une évaluation du poids de l’animal le plus lourd du lot à traiter. Le bon état du matériel de traitement (pistolet drogueur) est également important.

Pour en savoir plus, la brochure « Lutte contre les strongles digestifs : une nouvelle donne, de nouvelles pratiques, des perspectives prometteuses » est à votre disposition sur www.idele.fr et www.inn-ovin.fr.

Les plus lus

Elisa Morel : « Très attachée au massif vosgien, le cédant m’accompagne dans la reprise de l’exploitation, en me laissant libre sur les choix de conduite à venir. »
"Je suis accompagnée par le cédant dans la reprise de l’exploitation ovine"
Elisa Morel, 23 ans, en stage pré-installation au sein de sa future exploitation, est tombée sous le charme de la race Hampshire…
Les associés du Gaec Gwenn Ha Du, dans l'Ain, ont le souci de valoriser au mieux les surfaces en herbe par un système 100 % basé sur le pâturage.
Un système ovin économique en argent et en temps de travail
Dans l’Ain, Guillaume Diquélou a mis sur pied un élevage ovin basé sur la valorisation de l’herbe et la réduction du temps de…
Damien Fraysse, 33 ans, se félicite de l'orientation prise par le Gaec. L'atelier laitier permettra à la sœur de celui-ci de s'installer en 2023.
Des brebis allaitantes aux laitières pour gagner plus
Francis et Damien sont les deux associés du Gaec Fraysse des Camps dans le Lot. Le père et le fils ont fait le pari, il y a deux…
Les 300 brebis de Pierre Orcière disposent d'une ration totalement issue de la production de l'exploitation.
« J’améliore mes conditions de travail, de la vie du sol à l’agneau fini »
Pierre Orcière est éleveur en Ardèche. Après de nombreux changements sur sa ferme, il élève aujourd’hui des agneaux de bergerie,…
La brouette distributrice est tirée par un moteur de tondeuse à gazon et la roue arrière, mobile et centrale, permet de la diriger facilement.
Une brouette automotrice distributrice
Dans le Pas-de-Calais, Jean-Paul Béthencourt a mis au point une brouette à moteur pour distribuer le grains à sa troupe ovine en…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Vers une réduction de statut de protection du loup
  Depuis 1992, les loups sont de retour en France. Les conséquences sur les activités d’élevage et la ruralité sont nombreuses et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre