Aller au contenu principal

Des ordres clairs et cohérents pour l’auxiliaire de troupeau

Pour qu’il soit efficace, le chien de conduite doit comprendre son maître. Cinq conseils pour une meilleure écoute.

Le chien de conduite, ici un kelpie, sera d’autant plus obéissant s’il assimile des mots plutôt que des gestes
Le chien de conduite, ici un kelpie, sera d’autant plus obéissant s’il assimile des mots plutôt que des gestes
© DR

1 - Se mettre dans la tête du chien


Le propriétaire du chien a souvent tendance à raisonner de façon anthropomorphique. Bien travailler avec son chien, c’est oublier ses propres émotions et se mettre dans la peau du chien, adopter son point de vue. Pas facile, car tous les scientifiques ne sont pas d’accord avec la théorie largement diffusée : en situation de meute, il y a un dominant (le maître) et les autres doivent être soumis. L’humain peut-il être le chef de meute s’il n’est pas de la même espèce ? Ainsi, pour beaucoup de cynophiles, un chien n’obéit pas à son maître parce que celui-ci le domine, mais parce que c’est un opportuniste et qu’il a observé que s’il le fait, il sera récompensé.


2 -  Employer des mots simples


Les mots courts, d’une ou deux syllabes, sont préférables, comme « stop », « couché », « droite », « gauche »… aux mots de plus de trois syllabes ou à plusieurs mots accolés, comme « viens ici », « arrête-toi ». Ils sont plus difficiles à comprendre pour le chien.


3 - Donner des ordres cohérents


La contradiction n’a pas sa place quand on éduque un chien de troupeau. La cohérence des ordres est primordiale pour se faire comprendre de l’animal. L’éleveur doit être clair et utiliser les mêmes mots dans les mêmes situations, surtout si le chien est conduit par des personnes différentes sur l’exploitation. S’il n’a pas assimilé les mots, il risque ensuite de ne se repérer qu’aux mouvements de son maître et demeure inefficace en cas de changement de donneur d’ordre. Et cela peut faire prendre au chien de mauvaises habitudes, comme s’arrêter pour regarder l’éleveur au milieu d’une action, afin d’observer ses gestes.


4 - Adapter le ton de sa voix


Le ton de la voix est crucial pour obtenir ce que l’on souhaite du chien. Lui parler doucement l’apaise tandis que crier peut l’exciter et le pousser à accélérer la cadence. L’ordre doit être adapté. Ainsi, crier avec un ton colérique un ordre du style « pas bouger » ne sera pas efficace.


5 -  Savoir le féliciter ou le corriger


Les chiens doivent savoir quand ils se sont bien comportés ou non. Il ne faut donc pas hésiter à les féliciter lorsqu’ils ont donné satisfaction ou les corriger par la voix lorsqu’ils se trompent.

Le chien n’est pas un loup !


L’idée que le comportement du chien s’apparente à celui du loup persiste parmi les éducateurs canins,les propriétaires de chiens et les médias. Baser l’interaction entre le maître et le chien sur une hiérarchie de dominance peut conduire à des comportements de peur, d’anxiété ou d’agressivité de la part de l’animal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre