Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des moutons sous les lignes électriques

Dans le cadre d’un projet Life, RTE remplace des broyeurs par des animaux pour entretenir les tranchées forestières sous les lignes électriques et rétablir la biodiversité.

Les moutons restent un mois à un mois et demi dans la tranchée, un complément de ressource intéressant pour l'éleveur. © PNR de la forêt d'Orient
Les moutons restent un mois à un mois et demi dans la tranchée, un complément de ressource intéressant pour l'éleveur.
© PNR de la forêt d'Orient

À Brienne-la-Vieille, au cœur du parc naturel régional de la forêt d’Orient, dans l’Aube, des moutons pâturent sous la ligne à haute tension. Le projet est cofinancé par l’Union européenne et RTE (Réseau de transport d'électricité) dans le cadre d’un programme Life visant à restaurer la biodiversité dans les couloirs créés dans la forêt pour le passage de ces lignes. Une convention a été signée l’année dernière entre RTE, la commune, le parc, le conservatoire d’espaces naturels de Champagne-Ardenne et un éleveur local. « Nous avons besoin d’entretenir la végétation sous ces ouvrages car il n’est pas bon qu’elle touche les lignes, explique Erick Guy, de RTE. Dans cette zone, délaissée par l’élevage, les acacias avaient pris le dessus sur la prairie. Cette végétation arbustive pousse très vite ce qui nous obligeait à revenir broyer fréquemment. »

Un pâturage intensif de courte durée

Les brebis arrivent en mai et restent un mois à un mois et demi. Elles permettent d’éviter un broyage mécanique, plus coûteux et dont les impacts sur la faune et la flore peuvent être négatifs. « Nous réalisons un pâturage intensif de courte durée et les animaux sont déplacés progressivement dans le corridor » explique Julien Seyssel du parc naturel régional. « L’éleveur va revenir cet été pour la deuxième fois, complète Erick Guy. Cela prendra du temps de rétablir une pelouse mais on peut déjà observer des effets positifs de leur présence avec des acacias taillés à hauteur d’animal ». En Belgique, la société de transport d’électricité Elia a développé ces modes de gestion alternatifs sur une longueur de 155 kilomètres. En France, différentes initiatives voient le jour pour un entretien plus doux et naturel de ces espaces.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre