Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pathologies ovines
Des limites aux anticoccidiens par extraits végétaux

Pour répondre à certains cahiers de charges, des traitements de la coccidiose par des extraits végétaux sont proposés aux éleveurs. Leurs limites d´efficacité doivent être précisées.


L´utilisation d´intrants non médicamenteux dans l´alimentation et les soins aux agneaux pourrait constituer une alternative pour répondre aux nouvelles exigences des consommateurs en matière de sécurité alimentaire, même s´il ne faut pas oublier qu´il existe des molécules permettant de prévenir et traiter la coccidiose des ovins avec un délai d´attente nul pour la viande, comme le rappelle le Dr Laurence Julien.
Les jeunes agneaux peuvent contaminer le milieu même après traitement. ©J. Diependaele

Forte excrétion des ookystes après traitement
Une comparaison de deux aliments, complémentés chacun en extraits végétaux, avec un aliment témoin et un aliment supplémenté en décoquinate a été réalisée dans une ferme expérimentale à partir du sevrage et sur une durée de 28 jours. Des prélèvements ont été réalisés pour mesurer les excrétions du parasite sur les différents lots à 21 jours, 42 jours et 63 jours après sevrage.
Après 21 jours de traitement, on note une forte excrétion d´ookystes pour les lots témoin et supplémentés en extraits végétaux, ce qui indique une forte infestation coccidienne, alors que cette excrétion est très faible pour le lot décoquinate. L´activité anticoccidienne des préparations avec extraits végétaux, avec 358 309 et 2 855 089 ookystes par gramme de fecès en moyenne, se révèle plus proche du lot témoin (431 829 ookystes) que du lot décoquinate (13 604 ookystes). De nombreux agneaux des lots extraits végétaux présentent de fortes excrétions (supérieures à un million d´ookystes par gramme de fecès), aussi fortes que celles du lot témoin. Ces agneaux, qui sont donc susceptibles de présenter des signes cliniques de coccidiose, contaminent fortement le milieu et entretiennent l´infection.
Les différences entre les lots sont également nettes sur la croissance puisque le GMQ est de 309 grammes pour le lot témoin, de 302 et 308 grammes pour les lots avec extraits végétaux et de 327 grammes pour le lot décoquinate.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre