Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pathologies ovines
Des limites aux anticoccidiens par extraits végétaux

Pour répondre à certains cahiers de charges, des traitements de la coccidiose par des extraits végétaux sont proposés aux éleveurs. Leurs limites d´efficacité doivent être précisées.


L´utilisation d´intrants non médicamenteux dans l´alimentation et les soins aux agneaux pourrait constituer une alternative pour répondre aux nouvelles exigences des consommateurs en matière de sécurité alimentaire, même s´il ne faut pas oublier qu´il existe des molécules permettant de prévenir et traiter la coccidiose des ovins avec un délai d´attente nul pour la viande, comme le rappelle le Dr Laurence Julien.
Les jeunes agneaux peuvent contaminer le milieu même après traitement. ©J. Diependaele

Forte excrétion des ookystes après traitement
Une comparaison de deux aliments, complémentés chacun en extraits végétaux, avec un aliment témoin et un aliment supplémenté en décoquinate a été réalisée dans une ferme expérimentale à partir du sevrage et sur une durée de 28 jours. Des prélèvements ont été réalisés pour mesurer les excrétions du parasite sur les différents lots à 21 jours, 42 jours et 63 jours après sevrage.
Après 21 jours de traitement, on note une forte excrétion d´ookystes pour les lots témoin et supplémentés en extraits végétaux, ce qui indique une forte infestation coccidienne, alors que cette excrétion est très faible pour le lot décoquinate. L´activité anticoccidienne des préparations avec extraits végétaux, avec 358 309 et 2 855 089 ookystes par gramme de fecès en moyenne, se révèle plus proche du lot témoin (431 829 ookystes) que du lot décoquinate (13 604 ookystes). De nombreux agneaux des lots extraits végétaux présentent de fortes excrétions (supérieures à un million d´ookystes par gramme de fecès), aussi fortes que celles du lot témoin. Ces agneaux, qui sont donc susceptibles de présenter des signes cliniques de coccidiose, contaminent fortement le milieu et entretiennent l´infection.
Les différences entre les lots sont également nettes sur la croissance puisque le GMQ est de 309 grammes pour le lot témoin, de 302 et 308 grammes pour les lots avec extraits végétaux et de 327 grammes pour le lot décoquinate.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vignette
Tech-Ovin, le salon 100 % mouton
Pour ses 20 ans, le salon Tech-Ovin sera une nouvelle fois le rendez-vous de tous les éleveurs. Rendez-vous les 4 et 5 septembre…
Vignette
Premier bilan de la campagne européenne de promotion de l'agneau
Un bilan positif, mais inquiet de l’avenir, après un an de campagne européenne de promotion pour la viande d’agneau.
Vignette
Moutons et vaches font bon ménage
L’Inra étudie la complémentarité des ovins et bovins au pâturage ainsi que l’engraissement des agneaux à l’herbe.
Vignette
Dentelle paysanne
Brigitte Dépalle, créatrice textile vers Saugues (Haute-Loire) et ancienne éleveuse de chèvres, a toujours rêvé de recycler les…
Vignette
Pour un vraie reconnaissance du pastoralisme
L’élevage pastoral est pertinent économiquement et répond aux enjeux sociétaux actuels. Plaidoyer pour un soutien au pastoralisme.
Vignette
BD Le loup
Le loup, le dernier roman graphique de Jean-Marc Rochette, narre avec une certaine pudeur la confrontation entre un berger et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7,6€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre