Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des brebis qui muent pour éviter la tonte

Par une série de croisement et sélection, l’Inra a introduit dans un troupeau de race Romane un caractère de mue de la toison.

Le revenu de la laine étant parfois inférieur au coût de la tonte, les races ovines sans laine ou qui muent séduisent de plus en plus d’éleveurs européens. En France, les généticiens de l’Inra de Toulouse ont introduit le caractère de mue issu du mouton Martinik Black Belly sur le troupeau de brebis Romane du troupeau expérimental du domaine de la Sapinière à proximité de Bourges. Ils ont pour cela croisé des moutons Martinik Black Belly avec les moutons de race Romane, suivi d’une sélection sur la mue des animaux pendant quatre générations.

Une mue précoce régulée par l’éclairement

À chaque génération, le nombre d’animaux perdant leur laine et la surface de peau en mue augmentaient. Après quatre générations de sélection, les 150 brebis sélectionnées (avec 94 % de sang romane) ont partiellement ou totalement perdu leur toison à 19 mois. Environ un tiers des animaux avaient totalement perdu leur toison. Régulée par la durée d’éclairement, la mue débute fin avril et se prolonge jusqu’en juillet, la laine tombant par petits morceaux. Après la mue, une nouvelle toison laineuse repousse chaque année. Plus de la moitié des agneaux présentaient un début de mue dès l’âge de trois mois et demi, ce qui permet de sélectionner précocement sur ce caractère.

Un caractère héritable qui pourrait s’intégrer dans chaque race

« Ce caractère fortement héritable a été intégré dans la population sans altérer les autres performances par comparaison aux brebis Romane » expliquait Daniel Allain de l’Inra de Toulouse, dans une communication présentée aux journées 3R en décembre dernier. La sélection se poursuit pour tenter d’obtenir un mouton qui mue totalement. « Aujourd’hui, nous avons montré que cette sélection est possible et que le caractère de mue peut s’acquérir relativement simplement par croisements et sélections » s’enthousiasme Daniel Allain qui va maintenant présenter ses travaux aux organismes de sélection. En Grande-Bretagne, les moutons « easy care » (faciles à élever) incluant ce caractère de mue ont déjà séduit certains éleveurs qui ont cependant dû s’habituer à voir dans les prairies des animaux à moitié délainés…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre