Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des aides pour améliorer le potentiel génétique ovin viande en Auvergne-Rhône-Alpes

La région Auvergne-Rhône-Alpes apporte un soutien financier à l’achat de béliers ou agnelles. Profitez-en avant le 1er octobre.

Une aide financière pour l'achat de un à 12 béliers est proposée aux éleveurs d'Auvergne-Rhône-Alpes. © L. Geffroy
Une aide financière pour l'achat de un à 12 béliers est proposée aux éleveurs d'Auvergne-Rhône-Alpes.
© L. Geffroy

Le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes et le Comité de filière ovins, coprésidé par Claude Font et Mickaël Giraud, ont lancé un plan d’amélioration du potentiel des cheptels d’ovins viande en vue de permettre aux éleveurs de gagner en efficacité et de répondre aux besoins du marché. Cette aide concerne à la fois les achats d’agnelles et de béliers. Les éleveurs bénéficiaires doivent s’engager contractuellement à acheter des animaux chaque année pendant trois ans, avoir plus de 50 brebis allaitantes, avoir leur siège d’exploitation en Auvergne-Rhône-Alpes et être engagé dans une démarche commerciale de qualité ou dans une marque territoriale.

Pour les jeunes, jusqu’à 250 euros par bélier et 50 euros par agnelles

Pour l’acquisition d’agnelles, l’acheteur doit s’engager à acheter au minimum 20 agnelles par an et au maximum 20 % du nombre de brebis éligibles à l’aide ovine dans la limite de 100 agnelles par an. Les agnelles doivent avoir moins de 12 mois et être issues de mères qualifiées (MB, MA, MR et MJ). L’aide s’élève à 36 euros par tête la première année, 28 euros la deuxième année et 20 euros la troisième.

Pour l’acquisition de béliers, l’acheteur doit s’engager à acheter au minimum un bélier par an et dans la limite de 12 béliers par an. Les béliers doivent être des agneaux ou antenais inscrits de moins de 24 mois (génotypés tremblante ARR/ARR). L’aide s’élève à 180 €/bélier sans dégressivité.

Les achats doivent être effectués jusqu’au 1er octobre. Le dossier est monté par le technicien de votre organisation de producteurs ou de votre organisme de sélection. Il est possible de cumuler l’achat d’agnelles et de béliers. Les montants d’aide pour les nouveaux producteurs sont plus élevés : 50 euros par agnelle et 250 euros par bélier sans dégressivité.

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter votre OP ou l’OS de votre race ou encore le Comité de filière ovins (07 86 12 90 84 ou melanie.beaumont@aura.chambagri.fr).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre