Aller au contenu principal

Races ovines
Dans la Manche, le Roussin de la Hague, productif et autonome

De bonne croissance et facile à mener, le Roussin de la Hague suscite un intérêt nouveau pour les éleveurs herbagers par la qualité de ses agneaux.


On se demande vraiment pourquoi cette race n´a pas plus d´admirateurs. Sans doute ses éleveurs ont pendant longtemps suivi le vieil adage « pour vivre heureux, vivons caché ». Cette époque est révolue.
Ses origines
Le Roussin, originaire de la Hague (Manche), n´a été reconnu comme race par le ministère de l´Agriculture qu´en 1982 (avec un bon siècle de retard). Ce n´est pas pour autant une race jeune. Comme toutes les races de l´Ouest de la France, elle découle d´une population traditionnelle locale croisée avec des races anglaises dans le courant du XIXe siècle, probablement du groupe des « Longwool ».
Le bélier Roussin de la Hague est bien adapté à un élevage moderne et économe. ©D. R.

Présentation et aptitudes
Le Roussin de la Hague a le poil de la tête et des pattes marron-roux. De format moyen, le Roussin est une race d´herbage bien adaptée au climat océanique, à la pluie et au vent. Rustique, cette race tire un bon parti des zones pauvres, mais donne toute la mesure de son potentiel reproductif exceptionnel sur les riches pâturages du Nord Cotentin.
Elle répond en tous points aux exigences de l´élevage moderne : productivité et autonomie. C´est une brebis très facile à mener, calme, demandant peu de soins et une alimentation modérée. Sa valeur laitière lui permet d´alimenter sans difficulté ses nombreux agneaux. Très maternelle, elle les élève et les défend, limitant au minimum les interventions de l´éleveur. Les mises bas sont toujours faciles. 61 % des femelles mettent bas avant 15 mois. Le taux de prolificité est de 1,75.

Ses produits
Les agneaux produits donnent des carcasses de 17-18 kg qui font l´objet d´une demande forte dans le Cotentin, malgré les importations d´agneaux anglais à des prix bas.
Elevés pour la plupart à l´herbe, ils présentent une capacité de croissance comparable à celles des meilleures grandes races. Ils donnent un gras blanc et ferme apprécié des connaisseurs locaux. Croisée avec des béliers de race bouchère, la roussine produit des agneaux correspondant parfaitement aux critères du marché national en termes de poids, de conformation et d´état.
Les brebis Roussin sont calmes, prolifiques et bonnes laitières. ©D. R.

Sa sélection
En 2003, un centre d´élevage a été mis en place de manière à gérer conjointement la sélection pour la résistance à la tremblante et la variabilité génétique de la race. Ce double objectif est désormais atteint, et le défi qu´il représentait a considérablement contribué à mobiliser les éleveurs dans une démarche collective enthousiaste et rigoureuse. Il reste à faire de ce centre d´élevage un outil de sélection efficace sur les critères zootechniques. Les grandes lignes des objectifs de sélection font actuellement l´objet d´un débat serein au sein de l´Upra. C´est un vrai schéma de sélection qui est en cours d´élaboration par les éleveurs et, à travers lui, l´émergence d´une race d´herbage à part entière, dégagée des complexes des races « menacées », pudiquement rebaptisées races « à faible effectif ».
Les handicaps sont bien présents : le nombre de brebis en contrôle de performances n´atteint pas encore 2000 ; les élevages des adhérents sont encore pour la majorité d´effectif réduit ; les agneaux vendus ne sortent guère des circuits de commercialisation locaux.

Les éleveurs de Roussin n´en ont cure. Leur travail paie, la race se développe vite et bien. Ainsi, en 2004, toutes les agnelles inscrites ont été utilisées pour l´accroissement et la création des troupeaux des adhérents de l´Upra Roussin. Son élevage se professionnalise sans laisser de côté les quelques éleveurs amateurs qui ont participé à la faire vivre aux temps plus difficiles.
De jeunes éleveurs choisissent le Roussin pour leur installation, tant par passion que par raison, car avec le Roussin, les deux ne sont pas incompatibles.
Des agneaux très appréciés et bien vendus à destination des connaisseurs, sur le marché local. ©D. R.

En savoir plus
Upra Avranchin Cotentin Roussin
Maison de l´Agriculture
Avenue de Paris
50009 Saint Lô
Tél. : 02 33 06 46 95
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre