Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Cotation Important recul du cours de l’agneau français (Bas Droite)

Dans un contexte d’abattages relativement dynamique depuis début 2016, lié notamment à la hausse des sorties d’agneaux lacaunes engraissés, le manque de consommation et l’effondrement du prix des peaux continuent de fortement peser sur la cotation française de l’agneau lourd. Entamée deux semaines plus tôt cette année en raison du décalage des festivités pascales, la baisse saisonnière des cours après Pâques a ainsi été particulièrement importante. À 5,68 €/kg de carcasse fin juin, le prix moyen pondéré des régions calculé par FranceAgriMer était inférieur de 22 centimes (-4 %) à sa valeur de 2015 et de 61 centimes (-10 %) à celle de 2014. Il était en outre 22 centimes sous son niveau minimal atteint en 2015.

France La consommation continue de baisser (Bas Droite)

Malgré l’augmentation de la production française début 2016 (+7 %/2015 à 28 300 tonnes équivalent carcasse en cumul de janvier à avril), la consommation de viande ovine calculée par bilan (abattages + importations – exportations) a poursuivi son repli (-2 %/2015 à 54 100 téc sur les quatre premiers mois de 2016). Les importations de viande ovine ont en effet chuté début 2016 (-10 % à 28 500 téc) alors que les exportations restaient limitées (+7 % à 2 700 téc). Cette baisse est confirmée par les données du panel Kantar : sur la période du 28 décembre 2015 au 15 mai 2016, les achats de viande ovine par les ménages français (hors restauration hors domicile) ont chuté de 6 % par rapport à 2015. En cause notamment, la difficulté à séduire les consommateurs de moins de 50 ans, le prix élevé de la viande ovine et les communications défavorables à la consommation de viandes rouges.

Royaume-Uni Révisions à la baisse des prévisions 2016 (Bas Droite)

Face à une production de viande ovine moins importante que prévu en début d’année, les experts britanniques ont été amenés à revoir leurs prévisions pour 2016. La production de viande ovine devrait ainsi progresser de seulement 1,6 % en 2016 (contre +4,4 % initialement prévus). Dans le même temps, les importations britanniques sont prévues à la baisse en lien avec le tassement de la production en Océanie. Au total sur 2016, les disponibilités britanniques devraient ainsi rester proches de leur niveau de 2015, conduisant à la stabilisation de la consommation intérieure et des exportations de viande ovine. En baisse au 1er semestre 2016, les envois pourraient toutefois progresser par rapport à 2015 en fin d’année. La dévaluation de la livre par rapport à l’euro, liée au Brexit, devrait toutefois rendre les exportations britanniques plus compétitives sur le marché européen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre