Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Changements dans l’aide ovine en 2017

Le montant total de l’aide ovine reste globalement le même mais des changements, notamment l’augmentation du ratio de productivité, sont déplorés par les syndicats.

Le 31 juillet dernier, le ministre de l’Agriculture a notifié à la Commission européenne les positions de la France pour la mise en œuvre de la PAC en 2017 et notamment les changements à venir sur les modalités d’attribution des aides couplées.

Une légère baisse de l’enveloppe de l’aide couplée pour toutes les productions

L’enveloppe d’aides toutes productions confondues passe de 1 095 millions d’euros en 2015 à 1 086 en 2017 et les aides attribuées la production ovine baisse aussi légèrement à 119,5 millions d’euros en 2017 contre 120,8 en 2015. Les critères d’attributions ont été modifiés et la FNO regrette que le ministre n’ait pas « pris en compte ses revendications ». Premier gros changement déploré par le syndicat : l’augmentation du ratio de productivité. Pour pouvoir être éligible aux aides, il faudra désormais avoir un ratio de productivité de 0,5 agneau vendu par brebis alors qu’il était de 0,4 en 2015.

La mesure consistant à pouvoir aider en partie les troupeaux n’atteignant pas ce chiffre, permettant ainsi de soutenir un certain nombre d’éleveurs jusqu’à présent exclus, est soutenue par la Confédération paysanne. La Coordination rurale estime que cette mesure permet aux éleveurs touchés par une attaque de loup de ne pas perdre toutes leurs aides. La FNSEA, quant à elle, regrette cette mesure, en dehors des cas de prédation par le loup, estimant que c’est « un signal négatif qui vient contrecarrer le chemin parcouru en déstructurant une partie du travail engagée collectivement depuis plusieurs années ».

Le montant de base par brebis passe, lui, de 15,25 euros 2015 à 14,50 euros en 2017. L’aide complémentaire à la démarche de commercialisation passe quant à elle de 3 à 9 euros et le critère d’éligibilité à cette aide évolue. Il faut, comme en 2015, être adhérent d’une organisation de producteurs ou être signataire de contrats de commercialisation ou commercialiser sur un circuit court. La nouveauté est qu’il faut respecter le ratio de productivité de 0,5 agneau vendu par brebis.

Fin des majorations à la production sous signe de qualité

L’aide complémentaire à la démarche qualité, qui nécessite de s’inscrire dans une démarche de qualité (production SIQO ou CPP) ou d’avoir un ratio de 0,8 agneau vendu par brebis n’existe plus. Seul subsiste l’aide au nouveau producteur d’un montant de 6 euros. La suppression des majorations à la production sous signe qualité ne répond pas selon la FNO « à la demande des consommateurs et à la réalité de la filière ». La FNO se félicite toutefois d’avoir permis le maintien des aides supplémentaire pour les jeunes producteurs du secteur afin d’assurer la relève du secteur et les aides aux démarches de commercialisations qui « structurent et sécurisent » la filière selon la fédération.

Aider les petites exploitations diversifiées

L’aide aux bovins allaitants, accessible jusqu’à présent seulement à partir de 10 vaches pourra être demandée par des exploitations possédant 10 vaches ou 3 vaches plus 10 UGB (unité gros bovins) en vaches, brebis ou chèvres. La Coordination rurale et la Confédération paysanne soutiennent cette mesure. Elle permettra, selon la Confédération, à « 2 500 fermes petites et diversifiées » d’avoir accès aux aides. La Fédération nationale bovine s’oppose, elle, à cette mesure. S’exprimant dans Agra Presse, son président Jean-Pierre Fleury estime que "c’est du n’importe quoi ! On mélange les vaches, les chèvres, les moutons". Le président de la Coordination rurale, Bernard Lane, défend cette mesure car selon lui cela permettra à « des petites exploitations de vivre et cela ne représente que 14 000 vaches ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre