Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Brexit et Covid-19 vus du Royaume-Uni

Les éleveurs ovins britanniques craignent les conséquences du Brexit.
Les éleveurs ovins britanniques craignent les conséquences du Brexit.
© FT

Le Financial Times montre dans une vidéo de sept minutes comment l’élevage ovin britannique est menacé par le Brexit et le coronavirus. L’élevage ovin est une activité importante au Pays de Galles, avec un troupeau de 9,5 millions de têtes. Mais le coronavirus a fermé la restauration hors domicile du jour au lendemain et un tiers du marché de l’agneau a disparu.

 

Pour John Davies, président du National Farmers Union : « il est important que nous relevions les défis du coronavirus et du Brexit. Nous devons lutter contre le coronavirus car il a un impact énorme sur tous les marchés agricoles à l’heure actuelle. Ensuite, nous devons nous assurer de conclure un accord avec l’Europe ».

Certains agriculteurs craignaient de quitter l’Union européenne bien avant que le coronavirus ne frappe. Le marché intérieur est divisé entre la restauration hors domicile et le commerce de détail. Mais le tiers restant de l’agneau britannique est exporté. Et, jusqu’à présent, plus de 90 % des exportations sont allées vers l’Union européenne.

Alors quel est le problème? Eh bien, quand il s’agit d’échanges commerciaux, il est très important de s’entendre avec vos voisins. Les tarifs européens sur les produits agricoles sont déjà supérieurs à la moyenne. Cela signifie que les ovins britanniques sont particulièrement exposés. Pour Garry, éleveur gallois qui a voté pour rester dans l’Union européenne, « une part importante de nos revenus est le soutien à la production alimentaire et à la gestion de l’environnement, qui a été payé directement par l’Union européenne. Nous avons besoin d’un accord commercial conclu efficacement. Il est absolument vital pour l’agriculture du Royaume-Uni ».

Car, pour un agneau à 80 livres, une taxe de 40 % porte le prix des moutons à 112 livres La répercussion de ce coût supplémentaire sur le consommateur entraînerait une baisse de la demande. Et si les agriculteurs étaient obligés de payer, ils pourraient finir par fonctionner à perte. « Nous aurions de sérieux ennuis, estime Garry. Nous pourrions peut-être y faire face pendant six, neuf ou 12 mois mais guère plus ».

Avant le coronavirus, le National Farmers Union a averti qu’un Brexit sans accord serait catastrophique pour l’agriculture britannique. Les politiciens britanniques insistent sur le fait qu’ils ne prolongeront pas la période de transition actuelle au-delà de la fin de l’année. Cela signifie que partir sans accord reste un réel risque.

L’absence d’accord commercial avec l’UE pourrait entraîner un coup dur pour l’exportation des produits animaux britanniques. Le gouvernement britannique pourrait réduire les tarifs pour arrêter une hausse des prix des denrées alimentaires, augmentant en fait les importations en provenance de l’étranger. Et les barrières commerciales entre le Royaume-Uni et l’UE pourraient rendre plus difficile pour les agriculteurs d’obtenir des médicaments vétérinaires, des engrais ou de la main-d’œuvre immigrée.

Bien sûr, ce n’est pas seulement l’agriculture. L’Union européenne est le plus grand partenaire commercial du Royaume-Uni. En 2018, les exportations britanniques vers l’UE s’élevaient à 291 milliards de dollars. Cela représente 45 % de toutes les exportations britanniques. Les importations britanniques en provenance de l’UE s’élevaient à 357 milliards de dollars, soit 53% de toutes les importations britanniques. Si ces exportations et importations sont frappées de droits de douane, cela pourrait être difficile pour diverses industries, pas seulement pour l’agriculture.

« Nous sommes l’épine dorsale des communautés rurales, explique Garry. Si le nombre d’agriculteurs diminue, que deviendront les écoles ou les entreprises locales ? Serons-nous un simple havre de paix pour les retraités ? »

Avec le Brexit, la Grande-Bretagne a voté pour faire cavalier seul. Certains ont vu des nuages au-dessus, d’autres ont vu une lumière briller à travers. Mais peu prédisent qu’une pandémie mondiale pourrait également se profiler. Maintenant, les agriculteurs doivent faire face à ce nouveau défi. Le paysage politique et économique a changé. De nouveaux accords commerciaux changeront à nouveau le paysage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre