Aller au contenu principal

Bellac : un beau succès malgré le contexte

Après l’annulation de la foire de mai, les organisateurs de la foire nationale des reproducteurs ovins de Bellac ont tenu à maintenir la 57e édition.

Près de 60 % des béliers ont trouvé acquéreur, à des prix correct, entre 500 et 550 euros. © F. Tahon
Près de 60 % des béliers ont trouvé acquéreur, à des prix correct, entre 500 et 550 euros.
© F. Tahon

Le sourire était de rigueur ce 3 septembre sur le foirail de Bellac en Haute-Vienne, chez les organisateurs et les éleveurs présents. Il est vrai qu’avec 73 vendeurs pour 850 béliers présents à la vente, chacun était satisfait de la matinée. L’organisation du salon ne fut pas chose aisée, comme l’explique Michel Maisonnier, président du comité d’organisation : « Nous avons obtenu l’accord de la préfecture huit jours seulement avant l’évènement. Il a fallu montrer patte blanche sur les aspects sanitaires. Ce fut ensuite une course contre la montre pour organiser la foire. » Tous les participants ont joué le jeu en portant le masque au cours de la matinée. La preuve que le monde agricole respecte lui aussi les consignes sanitaires.

Un record de 14 races présentes

Une présence un peu moindre qu’habituellement des acheteurs n’a pas empêché un niveau de ventes très correct pour cette édition vraiment exceptionnelle. Le Populaire du Centre faisant état de 510 animaux vendus. Autre évènement, la présence à la vente de 14 races différentes. Au milieu des béliers bouchers dont une majorité de béliers Charollais mais aussi beaucoup de Vendéens et de Rouge de l’Ouest, ROM Sélection proposait des béliers rustiques de races Limousine et Blanche du Massif central. Ces deux races ont suscité un intérêt certain auprès des visiteurs, notamment pour leurs capacités d’adaptation aux nouvelles conditions d’élevage dans la zone du Centre-Ouest. Autre race faisant son apparition sur la foire de Bellac, la race Beltex amenée par un sélectionneur de Saône-et-Loire. Cette race est la branche belge de la race Texel et s’en distingue par un développement musculaire supérieur. Fort de ce succès, les organisateurs donnent rendez-vous le jeudi 20 mai 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre