Aller au contenu principal

Bellac : un beau succès malgré le contexte

Après l’annulation de la foire de mai, les organisateurs de la foire nationale des reproducteurs ovins de Bellac ont tenu à maintenir la 57e édition.

Près de 60 % des béliers ont trouvé acquéreur, à des prix correct, entre 500 et 550 euros. © F. Tahon
Près de 60 % des béliers ont trouvé acquéreur, à des prix correct, entre 500 et 550 euros.
© F. Tahon

Le sourire était de rigueur ce 3 septembre sur le foirail de Bellac en Haute-Vienne, chez les organisateurs et les éleveurs présents. Il est vrai qu’avec 73 vendeurs pour 850 béliers présents à la vente, chacun était satisfait de la matinée. L’organisation du salon ne fut pas chose aisée, comme l’explique Michel Maisonnier, président du comité d’organisation : « Nous avons obtenu l’accord de la préfecture huit jours seulement avant l’évènement. Il a fallu montrer patte blanche sur les aspects sanitaires. Ce fut ensuite une course contre la montre pour organiser la foire. » Tous les participants ont joué le jeu en portant le masque au cours de la matinée. La preuve que le monde agricole respecte lui aussi les consignes sanitaires.

Un record de 14 races présentes

Une présence un peu moindre qu’habituellement des acheteurs n’a pas empêché un niveau de ventes très correct pour cette édition vraiment exceptionnelle. Le Populaire du Centre faisant état de 510 animaux vendus. Autre évènement, la présence à la vente de 14 races différentes. Au milieu des béliers bouchers dont une majorité de béliers Charollais mais aussi beaucoup de Vendéens et de Rouge de l’Ouest, ROM Sélection proposait des béliers rustiques de races Limousine et Blanche du Massif central. Ces deux races ont suscité un intérêt certain auprès des visiteurs, notamment pour leurs capacités d’adaptation aux nouvelles conditions d’élevage dans la zone du Centre-Ouest. Autre race faisant son apparition sur la foire de Bellac, la race Beltex amenée par un sélectionneur de Saône-et-Loire. Cette race est la branche belge de la race Texel et s’en distingue par un développement musculaire supérieur. Fort de ce succès, les organisateurs donnent rendez-vous le jeudi 20 mai 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre