Aller au contenu principal

Arterris encourage l’ovin en attendant de reprendre Dufour

La coopérative multifilière Arterris pourrait prochainement reprendre la société Dufour à Sisteron. En attendant, elle encourage ses producteurs à étudier la création d’élevages ovins.

Troisième organisation de producteurs ovins de France, le groupe coopératif Arterris veut développer la création d’ateliers ovins chez ses adhérents. Dans un communiqué, la coopérative, qui couvre les régions Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d’Azur et fédère plus de 25 000 agriculteurs, rappelle qu’elle « encourage ses adhérents agriculteurs à se tourner vers la production ovine ».

Une façon pour la coopérative multifilière d’alimenter davantage la société Dufour de Sisteron dont elle s’est portée acquéreur. Actuellement détenu à 50 % par la famille Dufour, à 42 % par la coopérative Agneau Soleil et à 8 % par son directeur Thierry Vial, le groupe Dufour pourrait en effet être prochainement cédé à la coopérative Arterris qui lui fournit déjà près de 150 000 agneaux par an.

Une cession finalisée
dans les prochains mois

En ovin, Arterris regroupe déjà 700 éleveurs du Tarn, de l’Aude, de l’Ariège, des Hautes-Pyrénées, de l’Aveyron et de l’Hérault et commercialise plus de 370 000 têtes. En plus de ses activités d’achat d’agnelets et d’engraissement, la coopérative commercialise 45 000 agneaux label rouge « Agneau fermier des Pays d’Oc ».

En récupérant un outil d’abattage et de commercialisation, Arterris gardera la maîtrise de son marché. Dans le schéma envisagé, la coopérative Agneau Soleil qui vend 85 % de ses agneaux à Dufour conserverait 20 % des parts de Dufour. La cession pourrait être finalisée dans les prochains mois après accord notamment des autorités de la concurrence.

Appui administratif, financier et technique aux éleveurs et futurs éleveurs

Dans son communiqué, Arterris rappelle qu’elle apporte une aide administrative et financière à la création de troupe. La coopérative propose aussi, via un d’un groupement d’experts ovins, des appuis techniques pour l’alimentation, le tri des animaux ou la reproduction. « Arterris s’engage à étudier tous les dossiers déposés par des agriculteurs qui souhaitent se lancer dans ce type de production » précise Jean-Paul Eche, le président du groupement ovin d’Arterris.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre