Aller au contenu principal

Arterris encourage l’ovin en attendant de reprendre Dufour

La coopérative multifilière Arterris pourrait prochainement reprendre la société Dufour à Sisteron. En attendant, elle encourage ses producteurs à étudier la création d’élevages ovins.

Troisième organisation de producteurs ovins de France, le groupe coopératif Arterris veut développer la création d’ateliers ovins chez ses adhérents. Dans un communiqué, la coopérative, qui couvre les régions Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d’Azur et fédère plus de 25 000 agriculteurs, rappelle qu’elle « encourage ses adhérents agriculteurs à se tourner vers la production ovine ».

Une façon pour la coopérative multifilière d’alimenter davantage la société Dufour de Sisteron dont elle s’est portée acquéreur. Actuellement détenu à 50 % par la famille Dufour, à 42 % par la coopérative Agneau Soleil et à 8 % par son directeur Thierry Vial, le groupe Dufour pourrait en effet être prochainement cédé à la coopérative Arterris qui lui fournit déjà près de 150 000 agneaux par an.

Une cession finalisée
dans les prochains mois

En ovin, Arterris regroupe déjà 700 éleveurs du Tarn, de l’Aude, de l’Ariège, des Hautes-Pyrénées, de l’Aveyron et de l’Hérault et commercialise plus de 370 000 têtes. En plus de ses activités d’achat d’agnelets et d’engraissement, la coopérative commercialise 45 000 agneaux label rouge « Agneau fermier des Pays d’Oc ».

En récupérant un outil d’abattage et de commercialisation, Arterris gardera la maîtrise de son marché. Dans le schéma envisagé, la coopérative Agneau Soleil qui vend 85 % de ses agneaux à Dufour conserverait 20 % des parts de Dufour. La cession pourrait être finalisée dans les prochains mois après accord notamment des autorités de la concurrence.

Appui administratif, financier et technique aux éleveurs et futurs éleveurs

Dans son communiqué, Arterris rappelle qu’elle apporte une aide administrative et financière à la création de troupe. La coopérative propose aussi, via un d’un groupement d’experts ovins, des appuis techniques pour l’alimentation, le tri des animaux ou la reproduction. « Arterris s’engage à étudier tous les dossiers déposés par des agriculteurs qui souhaitent se lancer dans ce type de production » précise Jean-Paul Eche, le président du groupement ovin d’Arterris.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre