Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Agriculture et alimentation citoyenne au SIA

Le 53e salon de l’agriculture ouvrira ses portes du 27 février au 6 mars porte de Versailles sur fond de crise de l’élevage.

« Nous devons trouver des stratégies pour garder de la valeur ajoutée pour les agriculteurs », a lancé Stéphane Le Foll lors de la conférence de presse d’annonce du salon de l’agriculture. Signe que la crise que traversent les filières animales sera au cœur des échanges de ce 53e salon. Le souvenir, encore prégnant d’un sommet de l’élevage sans bovins hante aussi les organisateurs qui se veulent rassurants. « Nous employons le maximum de vigilance pour pouvoir tenir le salon dans les meilleures conditions de sécurité sanitaire pour les éleveurs et leurs animaux, assure Jacques Goudeau, directeur du salon. Mais d’ici le 27 février, la situation de la maladie sur le territoire peut encore évoluer. » Cette édition n’échappera pas non plus aux précautions sécuritaires voulues par le contexte actuel. « Nous accueillons 700 000 visiteurs au cœur de la capitale, nous appliquerons toutes les mesures de sécurité demandées par la préfecture de police », a assuré le directeur.

Les visiteurs professionnels mieux identifiés

Pour la première fois, les visiteurs professionnels pourront s’inscrire via un espace dédié sur le site internet du salon. Un badge leur sera remis à l’accueil, ainsi tout visiteur professionnel sera identifié et pourra accéder à un salon réservé au premier étage du pavillon 1. « Nous avons tenté d’encore améliorer la visibilité des différents secteurs, le bien-être des animaux et le confort de visite, explique le directeur. La dimension des rings, notamment a été agrandie. » Avec sept espèces représentées, le salon accueillera 200 races en concours et 80 en présentation. Il sera précédé le 26 février d’un forum international sur le thème « Agriculture et alimentation citoyenne », qui doit concourir à renforcer la dimension internationale du salon. « Beaucoup de ministres étrangers ont été invités, rappelle Stéphane Le Foll. Nous devons faire de ce salon un rendez-vous de la France dans le monde ». Des tables rondes sur les attentes de consommateurs, l’innovation et l’impact de l’agriculture sur le territoire sont organisées dans le cadre du forum. Ce thème donnera également lieu à des animations pendant les dix jours de salon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre