Aller au contenu principal

Adieu Arlette à l’AG de Geode

L’organisme de sélection multirace Géode doit beaucoup à son ancienne directrice Arlette Brachet, partie en retraite après l’assemblée générale.

Arlette Brachet vient de faire valoir ses droits à la retraite et elle a profité de l’assemblée générale de Géode (Génetique ovine de développement) le 20 mars dernier à Verrières dans la Vienne pour exprimer « l’épanouissement connu durant toutes ces années au service des éleveurs et de la génétique ». Pour l’occasion, les représentants de chaque race ainsi que les membres de son conseil d’administration ont profité de cette journée pour retracer son parcours qui est aussi celui de Géode.

Plus de 10 000 reproducteurs commercialisés

Arlette réalise ses premiers pas dans le domaine génétique en dirigeant Charmoise Repro à partir de 1978. Dans les années 1980, la Copa-Firo est créée et Arlette poursuit son implication génétique avec la gestion des races Finnoise et Romanov en plus de Charmoise Repro. Les deux structures fusionnent en 1985 pour former la Copa-Charmoise-Firo, renommée Geode en 1990, avec l’arrivée de la race Romane. C’est alors le début du regroupement important de races au sein de Geode. En 2003, Geode accueille les Rouge de l’Ouest, puis en 2008, c’est aux Berrichons du Cher, aux Berrichons de l’Indre, aux Clun-Forest, aux Dorset Down, aux Est à Laine, aux Hampshire, aux Solognots et aux Suffolk d’intégrer cet OS plein de dynamisme. Le développement de Geode se poursuit encore avec le partenariat commercial noué en 2015 pour l’export de caprins. En 2015, Geode aura mis en marché 9 500 reproducteurs en France et plus de 1 200 à l’étranger. Ancienne directrice de l’OS Mouton Charollais, Geneviève Bouix reprend aujourd’hui la direction de Geode avec une équipe de quatre personnes.

Un tourbillon technique et commercial

« Ce métier aura été ma passion et ma raison de vivre pendant toutes ces années », confie Arlette. Les éleveurs-sélectionneurs avec une certaine émotion la décrivent comme « un tourbillon technique et commercial », une personne impartiale, toujours à l’écoute et surtout une redoutable commerciale. Ses capacités d’innovation et son sens de l’entreprise visionnaire ont sans aucun doute favorisé le développement de Geode.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre