Aller au contenu principal

Adieu Arlette à l’AG de Geode

L’organisme de sélection multirace Géode doit beaucoup à son ancienne directrice Arlette Brachet, partie en retraite après l’assemblée générale.

Arlette Brachet vient de faire valoir ses droits à la retraite et elle a profité de l’assemblée générale de Géode (Génetique ovine de développement) le 20 mars dernier à Verrières dans la Vienne pour exprimer « l’épanouissement connu durant toutes ces années au service des éleveurs et de la génétique ». Pour l’occasion, les représentants de chaque race ainsi que les membres de son conseil d’administration ont profité de cette journée pour retracer son parcours qui est aussi celui de Géode.

Plus de 10 000 reproducteurs commercialisés

Arlette réalise ses premiers pas dans le domaine génétique en dirigeant Charmoise Repro à partir de 1978. Dans les années 1980, la Copa-Firo est créée et Arlette poursuit son implication génétique avec la gestion des races Finnoise et Romanov en plus de Charmoise Repro. Les deux structures fusionnent en 1985 pour former la Copa-Charmoise-Firo, renommée Geode en 1990, avec l’arrivée de la race Romane. C’est alors le début du regroupement important de races au sein de Geode. En 2003, Geode accueille les Rouge de l’Ouest, puis en 2008, c’est aux Berrichons du Cher, aux Berrichons de l’Indre, aux Clun-Forest, aux Dorset Down, aux Est à Laine, aux Hampshire, aux Solognots et aux Suffolk d’intégrer cet OS plein de dynamisme. Le développement de Geode se poursuit encore avec le partenariat commercial noué en 2015 pour l’export de caprins. En 2015, Geode aura mis en marché 9 500 reproducteurs en France et plus de 1 200 à l’étranger. Ancienne directrice de l’OS Mouton Charollais, Geneviève Bouix reprend aujourd’hui la direction de Geode avec une équipe de quatre personnes.

Un tourbillon technique et commercial

« Ce métier aura été ma passion et ma raison de vivre pendant toutes ces années », confie Arlette. Les éleveurs-sélectionneurs avec une certaine émotion la décrivent comme « un tourbillon technique et commercial », une personne impartiale, toujours à l’écoute et surtout une redoutable commerciale. Ses capacités d’innovation et son sens de l’entreprise visionnaire ont sans aucun doute favorisé le développement de Geode.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Les éleveurs ovins britanniques craignent les conséquences du Brexit.
Brexit et Covid-19 vus du Royaume-Uni
Le Financial Times montre dans une vidéo de sept minutes comment l’élevage ovin britannique est menacé par le Brexit et le…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre