Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

160 000 béliers recensés en France

Près de la moitié des béliers utilisés par éleveurs sont de race bouchère et résistants à la tremblante.

40 800 éleveurs ont déclaré leurs béliers en 2014. Le dispositif, mis en place en 2012 pour connaître le niveau de résistance à la tremblante classique du cheptel national et mieux comprendre l’utilisation de la voie mâle dans les élevages est monté en charge. Ce recensement, réalisé en même temps que le recensement annuel des animaux lié au règlement identification, a reçu un taux de réponse de 80 % pour les cheptels de plus de 100 brebis.

159 709 béliers ont été déclarés. 42 % étaient de races bouchères, qui restent prédominantes pour la voie mâle. Suivent les races laitières, qui représentent 25 % des béliers déclarés. Assez peu de béliers de races rustiques sont utilisés (12 %) car les éleveurs utilisent le plus souvent ces races comme support femelle en croisement avec des béliers bouchers. Par ailleurs, une partie d’entre eux utilisent l’insémination artificielle pour leur renouvellement en race pure. Pour ces trois grandes catégories de races, 38 % des béliers utilisés par les éleveurs sont originaires d’un organisme de sélection.

Des béliers achetés en majorité en local

Les éleveurs achètent majoritairement leurs béliers au niveau local : dans leur département ou un département voisin. Cependant, certaines zones comme la Saône-et-Loire, la Côte-d’Or ou l’Allier par exemple, ayant une forte tradition d’élevage et de sélection des principales races bouchères, sont notamment exportateurs de races comme le Mouton Charollais ou l’Ile-de-France.

Concernant la résistance à la tremblante, plus de la moitié des béliers déclarés avaient un génotype connu vis-à-vis de ce caractère. 46 % ont été déclarés résistants, et cette proportion s’élève même à 89 % chez les sélectionneurs, tandis que moins de 1 % porte l’allèle de sensibilité. Suite à dix années d’engagement dans le programme national d’amélioration génétique pour la résistance à la tremblante, les sélectionneurs ne diffusent que des béliers résistants ce qui explique que leur proportion augmente d’année en année. Hors sélectionneurs, le génotype des béliers pour ce caractère est beaucoup mieux connu dans les races laitières (86 % de génotypes connus) que dans les races allaitantes (50 % seulement). L’existence du contrôle laitier simplifié, le suivi technique et l’insémination artificielle ont permis de mieux diffuser la sélection sur ce critère de résistance dans les élevages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre