Aller au contenu principal
Font Size

Outils de monitoring : une tendance au multiservice à moindre coût

Détection des chaleurs, vêlages, ingestion, santé, géolocalisation… La liste des services proposés par les outils de monitoring ne cesse de s’allonger.

Certains outils permettent de piloter et suivre en continu la repro, la nutrition, la santé et le bien-être des animaux équipés d’un capteur. © Medria
Certains outils permettent de piloter et suivre en continu la repro, la nutrition, la santé et le bien-être des animaux équipés d’un capteur.
© Medria

Les systèmes de monitoring de première génération étaient dédiés à une seule fonction. Ce n’est plus le cas depuis quelques années. « Souvent, la base reste l’aide à la détection des chaleurs, mais nous voyons apparaître de plus en plus d’outils avec une offre multiservice », souligne Clément Allain, chef de projet élevage de précision à l’Institut de l’élevage. La location de l’équipement avec ou sans abonnement plutôt que l’achat est une autre tendance forte. « Cela permet de s’engager sur un investissement plus léger au départ. » Moins de mise au départ, mais, au final, est-ce que cette solution ne revient pas plus cher ?

La multiplication des acteurs sur le marché est favorable à la concurrence. Est-ce que tous les outils de monitoring se valent ? « Globalement, ils semblent tous fiables, mais ce n’est pas toujours simple d’avoir du recul sur leur niveau d’efficacité. Il faut donc si possible se baser sur des résultats d’essai réalisés dans des fermes expérimentales par des organismes neutres », indique Clément Allain.

Des outils à bas prix ou en location

Partant de ce constat, le choix pourra se faire sur la base de vos priorités. « Certaines entreprises comme Biopic se positionnent désormais sur des outils de monitoring à prix réduit », souligne Clément Allain. « Avec les solutions NecktIT chaleur et NeckIT vêlage, nous proposons une solution avec une box et quatre capteurs de vêlage à 2 350 euros HT. Si vous ajoutez trente colliers pour la détection des chaleurs, cela revient à 4 990 euros HT. Aucun abonnement n’est nécessaire », précise Frédéric Roullier, le directeur de Biopic. Les comparaisons de prix sont toutefois délicates. Au-delà de l’équipement, il faut aussi tenir compte des services proposés en complément (conseil…), de la nécessite ou non de prendre un abonnement, de la durée de vie du matériel, des éventuels doublons avec d’autres équipements …

Si votre priorité est d’accéder à un bouquet de services avec un seul capteur pour limiter les manipulations d’animaux, les capteurs multiservices pourront répondre à vos attentes. Le choix se fera en fonction des options proposées. Le système développé par Allflex et le nouveau bouquet de services FarmLife de Medria proposent par exemple de piloter et suivre en continu la repro, la nutrition, la santé et le bien-être de tous les animaux équipés d’un capteur. En plus de la détection des chaleurs, de surveillance de la rumination et de la santé, le système Smartbow (Zoétis) permet de géolocaliser les animaux dans un bâtiment. « Cela peut être une option très intéressante dans les grands troupeaux », note Clément Allain.

Des capteurs sur la queue, le cou ou l’oreille

Mais le multiservice a ses limites. « Des outils dédiés spécifiquement au vêlage comme le Vel’Phone (Medria), Smartvel (Evolution), NeckIT vêlage, Moocall... envoient des alertes fiables. Ce n’est pas toujours le cas des capteurs multiservices placés dans un collier ou une boucle auriculaire. Ces derniers se basent en effet uniquement sur des modifications du comportement de l’animal autour du vêlage. Leur fiabilité peut donc être moins bonne et nous avons moins de recul sur leur performance. Ils n’envoient pas forcément d’alerte si le vêlage se passe bien. »

Plusieurs sociétés proposent à la fois des systèmes avec collier ou boucle auriculaire. « Les boucles auriculaires sont intéressantes parce qu’elles coûtent moins cher que les colliers. La différence de prix est due au fait que leur taille, ainsi que celle de leur batterie, est plus petite. » Revers de la médaille, la durée de vie de leur batterie est plus courte (2 à 3 ans) que celle des colliers (5 à 10 ans).

Mise en garde

Les exemples de solutions cités dans cet article ne représentent pas une liste exhaustive des offres commerciales. L’Institut de l’élevage publiera sur son site une liste complète fin 2019-début 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière