Aller au contenu principal

Une nouvelle année de croissance pour Isigny Sainte-Mère

La bonne rentabilité de la coopérative normande permet de verser 29 €/1 000 l de compléments de prix sur 2018.

Arnaud Fossey, président d'Isigny. " La moitié des dix euros d'augmentation de la prime à la normandisation (30 €) est prise en charge par notre partenaire chinois Biostime. "
© A. Conté

Avec en 2018 un résultat net de 23 millions d'euros (5,6 % du chiffre d’affaires), Isigny Sainte-Mère réussit la belle performance de rémunérer au final ses adhérents 397,6 €/1 000 l (prix A). Le prix mensuel d’acompte base A s'élève à 336,17 €/1 000 l. Viennent s'ajouter en moyenne 32,34 € de qualité et richesse et 29,02 € de compléments de prix. " Pour la première fois, une partie des ristournes est conditionnée à la qualité du lait, avec un maximum fixé à 10 € pour les producteurs répondant toute l’année aux critères d’excellence(1) ", a souligné son président Arnaud Fossey. L'objectif est d'améliorer de 10 points le pourcentage de lait super A sur les cellules (actuellement 64 %) et butyrique (67 %). Le prix mensuel dépassant la référence est calculé sur la base de la cotation beurre-poudre, moins 20 €. Isigny reconduit en 2019 l’allocation de +5 % des références laitières consentie en 2018.

Toutes les gammes en progression

La collecte a progressé de près de 8 % pour atteindre 237 millions de litres, notamment grâce l’arrivée de 22 producteurs de Danone et 3 de Mont Blanc. Sur 2019, elle devrait dépasser 250 millions de litres avec encore 8 nouveaux producteurs et une croissance interne.

Toutes les gammes de produits ont vu leur tonnage progresser, " mais le marché des fromages à pates molles reste difficile. Et le Brexit a déjà fait ses effets auprès des acheteurs qui achètent local et moins international ". Le Royaume-Uni est le premier marché d'Isigny au niveau européen. Le lait bio représente 8 millions de litres et restera stable en 2019.

La coopérative mise plus que jamais sur la différenciation produits en s'appuyant sur son socle AOP beurre crème. « Aujourd’hui, le local et l’authenticité sont redevenus à la mode », se réjouit-il. Les poudres de lait infantiles (39 400 t) représentent 53 % du chiffre d’affaires et sont exportées à 85 %. La construction de la troisième unité de séchage (d'une capacité de 25 000 t) devrait se terminer au second semestre 2020. La coopérative prévoit par ailleurs 15 millions d'euros d’investissements en 2019, notamment pour augmenter ses capacités d’affinage de pâtes pressées. Elle table dans un futur proche sur un chiffre d'affaires à l'export de 70 %, contre 60 % aujourd'hui.

(1) En moyenne 6,58 €/1 000 l.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière