Aller au contenu principal

Une brosse pour les petites et les grandes vaches

François Bourguignon, éleveur en Côte-d´Or, a construit une brosse pour ses montbéliardes. L´ouvrage est en réalité un ensemble de brosses capable de s´adapter à toutes les tailles de vaches.


La brosse pour les montbéliardes du Gaec de La Source en Côte-d´Or a été auto-construite. « L´installation a coûté 135 euros(1) et 8 heures de travail », annonce François Bourguignon, lauréat 2003 du Prix de l´éleveur futé, co-organisé par Réussir Lait Elevage et France Contrôle Laitier.
L´ouvrage est constitué de 8 brosses, en double rangée : 4 en « V » inversé, pour le dos et 4 verticales pour l´encolure, la tête et le côté. Le châssis coulisse verticalement le long d´un poteau du hangar, grâce à 8 roulements (4X2) disposés de part et d´autre du châssis. Le châssis est suspendu à un contrepoids qui donne à l´ensemble une amplitude verticale d´environ 30 cm, et ce, sans effort pour l´animal. Le contrepoids est plus léger que le châssis, afin que celui-ci se repositionne toujours en position basse.

Le juste contrepoids
« Il fallait que cette brosse s´adapte à toutes les tailles de vaches et qu´elle soit solide. J´en ai d´abord fait une sans roulement et avec 4 balais uniquement. Les vaches me l´ont massacrée. Celle-ci fonctionne depuis trois ans : je n´ai jamais eu à l´entretenir, ni à la réparer ».
François Bourguignon ne sait pas combien pèse son contrepoids : « J´ai mis du temps avant de trouver le bon poids, en le limant progressivement. Il faut qu´il soit plus léger que le châssis, mais pas trop, sinon les vaches poussent trop sur le châssis et l´usure est plus rapide ».
©C. Pruilh


(1) 6 m IPN de 100 à 37 euros, 8 roulements à 18 euros, 8 brosses à 80 euros, et le reste a été récupéré.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière